Articles, Droit, Etats-Unis, Foi et politique, Politique, Théologie, théonomie

Les dix commandements dans le droit américain

Par Gary DeMar

Voici la deuxième question qui m’a été posée par un étudiant en journalisme et en sciences politiques d’une grande université pour un article de recherche (vous pouvez lire ma réponse à la première question ici) :

Que pense American Vision de l’exposition des Dix Commandements par l’ancien juge de l’Alabama Roy Moore dans le bâtiment judiciaire de Montgomery en 2003 ? Cette exposition s’alignait-elle avec l’objectif d’American Vision de rendre à l’Amérique son fondement biblique ? Quelle est la réponse d’American Vision à ceux qui pensent que cette exposition est un abus politique ?

Lorsque le juge Roy Moore s’est présenté au poste de juge en chef de la Cour suprême de l’Alabama, il s’est engagé à restaurer le fondement moral de l’Amérique. Il a commencé à tenir sa promesse lorsqu’il a placé un monument en granit de 2395 kg représentant les Dix Commandements dans la rotonde du département judiciaire de l’État. Le monument portait également l’expression utilisée dans la Déclaration d’indépendance : « les lois de la nature et du Dieu de la nature », la devise nationale : « In God We Trust » [En Dieu nous avons confiance], le serment d’allégeance : « One Nation Under God » [Une seule nation sous l’autorité de Dieu], et le serment judiciaire : « So Help Me God » [Ainsi aide-moi, Dieu]. Au cours de la brève cérémonie d’inauguration du monument, le juge Moore a fait ces commentaires sommaires :

« Que ce jour marque le début de la restauration du fondement moral de la loi pour notre peuple et le retour à la connaissance de Dieu dans notre pays » [1].

Pourquoi l’Alabama est-elle ciblée alors que la Pennsylvanie a une exposition des Dix Commandements dans son bâtiment de la Cour suprême de l’État depuis 1927 ? Les seize peintures murales ont été créées et peintes par Violet Oakley. Elles sont massives, la plupart mesurant 3 m sur 2,4 m, ce qui éclipse le monument de granit du juge Roy Moore. La série de peintures murales est intitulée « Divine Law » (Loi divine), unissant Dieu et la loi. Le tableau V porte le titre : « Le décalogue … l’idée hébraïque de la loi révélée ». Il montre les Dix Commandements taillés dans la pierre. En-dessous de l’image saisissante, les commandements sont écrits de telle façon que chacun peut les voir et les lire.

« Le Décalogue … l’idée hébraïque de la loi révélée. »

Le tableau VI montre Jésus prononçant « Les Béatitudes ». Il est décrit comme « l’idée chrétienne de la loi révélée ». Comme sur la fresque des Dix Commandements, les Béatitudes sont écrites et identifiées comme provenant de la Bible.

Les tableaux VIII et X résument la philosophie du juriste anglais William Blackstone. Le tableau X (ci-dessous) incorpore le résumé souvent cité des Commentaries on the Laws of England de Blackstone :

William Blackstone sur le droit

Cette loi de la nature dictée par Dieu lui-même est supérieure à toute autre loi. Elle s’applique sur tout le globe, dans tous les pays et à tout moment. Aucune loi humaine n’est valable si elle est contraire à celle-ci, et celles qui sont valables tirent toute leur force et toute leur autorité de cette loi originale, soit médiatement soit immédiatement. De ces deux fondements, la loi de la nature et la loi révélée, dépendent toutes les lois humaines… Les lois humaines ne sont que des formes déclaratives de la Loi divine à laquelle elles sont subordonnées.

Le tableau XV est le panneau intitulé « Christ et le désarmement … Droit international ». Une fois de plus, la Bible est citée, et Jésus-Christ est montré marchant sur les mers déchaînées d’un conflit international alors que des navires de guerre coulent autour de lui. « Il décrit la vision d’Oakley sur ce qui se passerait si toutes les nations acceptait un code unique de loi ». Selon Oakley, le « code unique de loi » était la loi divine.

Si le monument des Dix Commandements de l’Alabama est une violation de la Constitution, alors les peintures murales qui ornent les murs du bâtiment de la Cour suprême de l’État de Pennsylvanie en sont également une violation.

Le président Harry S. Truman a exprimé le sentiment commun et dominant de son époque :

La base fondamentale des lois de cette nation a été donnée à Moïse sur la montagne. La base fondamentale de notre Déclaration des droits provient des enseignements que nous recevons de l’Exode et de saint Matthieu, d’Esaïe et de saint Paul. Je pense que nous ne comprenons pas assez cela de nos jours.

Si nous n’avons pas les bases morales fondamentales appropriées, nous finirons par nous retrouver avec un gouvernement totalitaire qui ne croit aux droits de personne [2].

Comme l’a noté le juge en chef Warren Burger dans son opinion majoritaire dans l’affaire Lynch c. Donnelly (1984), la chambre de la Cour suprême où sont entendues les affaires judiciaires liées à la religion « est décorée d’un symbole religieux visible et permanent – et non saisonnier : Moïse avec les Dix Commandements » [3].

En plus de la Cour suprême, les salles d’audience et les capitales des états de notre pays abritent des expositions similaires depuis des décennies, sans aucune contestation juridique ni interdiction constitutionnelle : le Capitole de l’état du Texas, les chambres de la Cour suprême de Pennsylvanie et de nombreux autres corps législatifs, palais de justice et autres bâtiments publics. « En fait, les Dix Commandements se trouvent plus facilement dans les bâtiments gouvernementaux américains que dans ses bâtiments religieux, démontrant ainsi que des générations d’Américains d’une côte à l’autre avaient compris que les Dix Commandements constituaient le fondement des lois civiles américaines » [4].

En plus de ces centaines d’affichages, la Constitution elle-même reconnaît l’un des Dix Commandements les plus spécifiques sur le plan religieux. Dans l’article I, section 7 de la Constitution, le dimanche est réservé comme jour de repos pour le Président, une référence directe au Quatrième Commandement :

Si un projet de loi n’est pas renvoyé par le Président dans les dix jours (dimanche excepté) après qu’il le lui a été présenté, il sera considéré comme une loi de la même manière que s’il l’avait signé, sauf si le Congrès, par son ajournement, empêche son renvoi, auquel cas il ne sera pas considéré comme une loi.

En plus du Quatrième Commandement reconnu dans le corps de la Constitution, les lois des états comprennent des interdictions de blasphème (Troisième Commandement ), de déshonorer les parents (Cinquième Commandement), de meurtre (Sixième Commandement), d’adultère (Septième Commandement), de vol (Huitième Commandement) et de parjure (Neuvième Commandement). Le fait que la Constitution se termine par « en l’année de notre Seigneur » reflète la vérité du Premier Commandement : « Je suis l’Éternel, ton Dieu… Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face » (Exode 20:2-3). Les Dix Commandements, de haut en bas, résument la nature et le but de la loi en Amérique en nous rappelant que ni nous ni le gouvernement civil ne sommes des dieux.

Certains prétendent que la première table des commandements est constituée d’édits religieux inutiles pour des lois qui sont considérées comme des lois morales évidentes. En 1922, la Cour suprême de l’Iowa a fait une déclaration qui exprime un avis contraire :

L’observation du dimanche est l’une de nos coutumes établies. Elle nous est venue du même Décalogue qui interdisait le meurtre, l’adultère, le parjure et le vol. Elle est plus ancienne que notre droit commun ou notre forme de gouvernement. Elle est reconnue par les Constitutions et les textes législatifs, tant au niveau des états qu’au niveau fédéral. Ce jour-là, les législatures sont ajournées, les tribunaux cessent de fonctionner, les affaires sont suspendues et, dans tout le pays, nos citoyens cessent de travailler. L’observation du sabbat est considérée comme essentielle à la bonne construction de la vie mentale et physique, ainsi que de la vie morale, d’un grand peuple. Les lois et les ordonnances relatives à son observation relèvent clairement du génie de nos institutions et de l’esprit de notre vie nationale. L’ordonnance en question n’est pas incompatible avec les lois de l’État, et n’est pas non plus une réglementation déraisonnable. Elle est donc valable [5].

Sans la déclaration des deux premiers commandements, il ne peut y avoir de justification ultime des commandements qui suivent, y compris ceux contre le meurtre (Sixième Commandement), le vol (Huitième Commandement) et le parjure (Neuvième Commandement). Il n’y a pas d’absolu moral sur la base des hypothèses opérationnelles des matérialistes qui préconisent une origine de la vie à partir de rien et une vision du monde fondée sur la survie du plus fort (*).

Dieu est mort au XIXe siècle et Nietzsche a dansé sur sa tombe. Le fondement de la loi morale externe a été détruit et remplacé par un vide, bientôt comblé avec joie par les narcotiques du nazisme et du communisme. Il n’est peut-être pas possible de dire que la mort de Dieu a directement conduit aux fours de la mort ; mais de même, personne ne peut ignorer le fait que l’époque la plus cruelle de l’histoire a également été la première à nier l’existence d’une force morale extérieure [6].

Si cela est vrai, « pouvons-nous empêcher le long cauchemar du XXe siècle de se propager au XXIe siècle ? Nous ne pouvons pas vivre dans les limites fluides du relativisme juridique. Il doit y avoir une norme juridique morale définitive et finale à laquelle il faut faire appel pour justifier les décisions morales aux niveaux personnel et gouvernemental. Sinon, l’opinion d’un juge est aussi bonne (ou aussi mauvaise) qu’une autre.

Les Dix Commandements ont été le résumé de cette norme stable en Amérique depuis sa fondation. Comme l’a déclaré Ted Koppel, l’animateur de Nightline, dans un discours d’ouverture prononcé en 1987 à l’université de Duke,

Ce que Moïse a fait descendre du mont Sinaï n’était pas les Dix Suggestions. Ce sont des commandements. Sont, et non pas étaient. Le pur génie des Dix Commandements est qu’ils codifient en une poignée de mots les comportements humains acceptables, non seulement pour hier ou aujourd’hui, mais pour toujours. Le langage évolue. Le pouvoir passe d’une nation à une autre. Les messages sont transmis à la vitesse de la lumière. L’homme efface les frontières l’une après l’autre. Et pourtant, nous, nos comportements et les commandements régissant ces comportements restons les mêmes » [7].

Notes :

1 Stan Bailey, « Moore puts Commandments monument in court building », Birmingham News (8 août 2001), 1A.

2 Harry S. Truman, Harry S. Truman: Public Papers of the Presidents of the United States Containing the Public Messages, Speeches, and Statements of the President-January 1 to December 31, 1950 (Washington, D.C. : United States Government Printing Office, 1965), 197.

3 U.S. Supreme Court Lynch v. Donnelley, 465 U.S. 668 (décision du 5 mars 1984), II.C.

4 David Barton, « The Ten Commandments: A Part of America’s Legal System for Almost 400 years », préparé et présenté en réponse à de multiples procès de l’ACLU contre des affichages publics des Dix Commandements, Cour judiciaire des Etats-Unis, Cour judiciaire de l’Est, District de l’Est de Kentucky, Division de Londres (mars 2001).

5 City of Ames [Iowa] v. Gerbracht, 189 N.W. 729, 733 (1922).

6 Bryan Appleyard, compte rendu de Jonathan Glover, Humanity: A Moral History of the Twentieth Century in The Sunday Times (décembre 1999). Cité dans Vaughan Roberts, God’s Big Design: Life as he Intends it to be (Downers Grove, IL : InterVarsity Press, 2006), 27.

7 Ted Koppel, The Last Word, discours de démarrage à l’université de Duke, Durham, Caroline du Nord (10 mai 1987). Cité dans Robert H. Bork, The Tempting of America: The Political Seduction of the Law (New York : The Free Press, 1989), 164.

Note de la Lumière :

* La trame métaphysique et philosophique de la culture occidentale est désormais le matérialisme darwinien qui s’appuie sur le métarécit religieux de l’évolution universelle non dirigée. Ce métarécit postule, de manière absolument absurde et contraire à la raison et au bon sens, que l’origine du monde est le « néant » (un néant qui, en réalité, n’est pas réellement un rien absolu, étant donné que les scientifiques doivent s’imaginer un vide quantique caractérisé par d’infimes fluctuations d’énergie qui seraient à l’origine du monde), auquel collaborent les forces aveugles du hasard, de la sélection naturelle et d’un temps extrêmement long rendant possibles toutes les impossibilités. Un tel conte de fées qu’une raison droite ne peut que rejeter avec mépris forme ainsi la structure de la pensée occidentale depuis Charles Darwin. Il n’est pas étonnant qu’un tel fondement aussi erratique ait des répercussions funestes sur le plan juridique et moral dans les nations. L’article suivant de David Noebel explique la loi biblique chrétienne et ses implications sur le système juridique des Etats-Unis. Il explique également l’emprise néfaste du darwinisme sur le système juridique américain et l’érosion de ses fondements bibliques, avec toutes les misères associées que nous connaissons.

Source : https://americanvision.org/24960/the-ten-commandments-in-american-law

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.