Apologétique, Articles, Création, Eschatologie, Foi et science, Théologie, théonomie, Visions du monde

Le rétablissement du créationnisme biblique

Par American Vision 

Note de La Lumière :

L’article ci-dessous met en lumière des connexions historiques peu connues entre le mouvement créationniste initié par Henry Morris et John Whitcomb et le mouvement reconstructionniste dont Rousas Rushdoony est la figure de proue la plus connue. En réalité, cette connexion n’est pas fortuite, mais provient de la Providence. Le théologien calviniste théonomiste français feu Pierre Courthial avait bien saisi que l’idée de création est la même chose que l’idée ou la philosophie de la loi (divine). Malheureusement, le mouvement créationniste moderne s’est arrêté sur les rivages d’un vaste champ à reconquérir en s’embourbant dans les questions essentiellement scientifiques de la création en termes d’origines, sans voir le tableau plus large et sans rétablir la connexion entre la création et l’ensemble de la réalité créée, négligeant ainsi la majeure partie des sphères de la vie. Il est temps de joindre maintenant création et théonomie et d’affermir le lien historique originel en explorant la signification de ce que signifie le fait que Dieu est le souverain Créateur.

Henry Morris

Le Dr Henry Morris, président et fondateur de l’Institute for Creation Research, est décédé le 25 février 2006 à l’âge avancé de 87 ans. Ne voulant jamais « prendre sa retraite », le Dr Morris était un homme actif dans la défense prolifique de la foi chrétienne jusqu’à la fin. Il a mené une vie marquée par un caractère chrétien robuste et une recherche scientifique minutieuse assaisonnée d’un cœur pour l’évangélisation. 

The Genesis Flood

Le Dr Morris est légitimement reconnu comme celui qui a engendré le mouvement créationniste moderne avec la publication de son livre historique, The Genesis Flood, qu’il a coécrit avec le théologien Dr John Whitcomb en 1960. The Genesis Flood a été la première publication majeure des temps modernes à faire valoir un argument scientifique et théologique en faveur de six jours littéraux de la création, d’une terre jeune et d’un Déluge mondial.

John Whitcomb

Morris et Whitcomb ont également été parmi les premiers auteurs modernes à relier leur vision de Dieu en tant que « Créateur » à celle de Dieu en tant que « Rédempteur ». Pendant plus de 50 ans, le mouvement créationniste a commencé à appeler les chrétiens à se battre pour défendre leurs vues de la Genèse et pour ralentir le cancer du libéralisme. Pour ce seul fait, les historiens de l’Église devraient bien se souvenir de ce mouvement. Après tout, si nous ne pouvons pas faire confiance aux onze premiers chapitres de la Genèse, comment pouvons-nous faire confiance à l’Évangile et au reste de la Bible ? Si la Genèse est un mythe, alors quand la Bible commence-t-elle à révéler la vérité ?

Le Dr Morris était prêt à mettre sa réputation académique en jeu pour dénoncer le loup dans la bergerie. La haute critique, le modernisme, le libéralisme théologique et les vues faites de compromis sur les jours de la création commençaient à reléguer les croyants conservateurs bibliques au passé. Mais Morris et Whitcomb avaient des choses à dire pour défendre la Bible. Jusqu’ici tout va bien.

Malheureusement, leur dispensationnalisme devenait inextricablement lié au mouvement émergent du « créationnisme Terre jeune (YEC) ». Alors que Morris et Whitcomb rejetèrent avec sagesse le darbysme et le scofieldisme qui se compromettaient avec la « théorie de l’intervalle » de Genèse 1, ils conservèrent l’idée d’un « intervalle » dans leur eschatologie (les soixante-dix semaines de Daniel.) Nous pensons que c’est cette association étrange et incohérente qui a conduit la plupart des protestants non dispensationnalistes et/ou réformés à remettre en question (ou à ignorer) les principes de la création en six jours. Apparemment, ils considéraient ces principes comme un trait distinctif du dispensationnalisme.

Ce lien malheureux est très ironique car ce sont plusieurs membres de la communauté réformée qui avaient vu à l’origine le potentiel du mouvement naissant du créationnisme Terre jeune. Dans son livre, A History of Modern Creationism, le Dr Morris révèle un secret peu connu sur la publication de The Genesis Flood.

[N]ous avons commencé à avoir des hésitations sur l’éditeur. Les éditeurs de Moody Press avaient initialement semblé enthousiasmés par le livre, mais peu à peu ils semblaient être pénétrés de plus en plus par des doutes… ils ont fait savoir qu’ils n’étaient pas d’accord avec notre vision « littérale » de la semaine de création génésiaque… ils ont indiqué que la principale raison pour laquelle ils étaient disposés à publier le livre était d’être « équitable ». Puisque les gens de l’American Scientific Affiliation et du Moody Institute of Science avaient reçu une si large promotion de leurs vues sur la création progressive et le déluge local, « l’autre camp méritait d’être entendu ».
L’un des critiques [ndt : du livre The Genesis Flood] avait été le révérend Rousas J. Rushdoony, pasteur de l’Église orthodoxe presbytérienne de Californie. Il était très enthousiaste à propos du livre et voulait que nous le publiions dans son intégralité le plus tôt possible. Il était un ami de Charles Craig, propriétaire d’une petite maison d’édition à but non lucratif appelée Presbyterian and Reformed Publishing Co., à Philadelphie [1].

Le contact de Rushdoony à P&R a financé la publication du livre pour Morris et Whitcomb et The Genesis Flood a été publié en 1961. Rushdoony a pu voir clair dans le dispensationnalisme des auteurs tout en discernant la valeur du livre qu’ils avaient écrit. Henry Morris est d’accord à ce sujet :

Il [Charles Craig] a été particulièrement intéressé par notre livre, même s’il n’avait encore jamais publié de livres scientifiques. Son propre arrière-plan était parmi les presbytériens, et tous ses auteurs jusqu’ici avaient été de fervents calvinistes. Le Dr Whitcomb (Grace Brethren) et moi-même (baptiste) semblions un peu déphasés parmi ces écrivains réformés et presbytériens, mais nous partagions tous un attachement absolu à l’inerrance et l’autorité bibliques. En eschatologie, tous les auteurs de P&R étaient soit amillénaristes, soit postmillénaristes, alors que John Whitcomb et moi-même étions (et sommes) des prémillénaristes « prétribulationnistes », mais nous avions néanmoins beaucoup en commun avec Craig et nous nous entendions très bien avec lui [2].


Roosas Rushdoony

Rushdoony et Craig ont tous deux compris qu’une grande partie de la bataille pour défendre l’autorité biblique est gagnée ou perdue dans les premiers chapitres de la Bible. L’expertise scientifique de Morris a fait du Déluge bien plus qu’un simple concept théologique. Cela a eu des implications profondes et les ondes de choc se font encore sentir aujourd’hui. Alors que l’éditeur dispensationnaliste Moody traînait les pieds et s’égarait dans des arguties politiques, P&R était prêt à prendre le risque et totalement oublier leurs différences eschatologiques. À une époque de l’histoire de l’Église où les chrétiens sont plus fragmentés et isolés que jamais en raison des divisions qui surviennent dans l’Église toutes les semaines en raison de points de détail doctrinaux, Morris, Whitcomb, Rushdoony et Craig ont des choses à nous apprendre.

Bien que nous ne soyons pas d’accord avec la position du Dr Morris sur l’eschatologie, nous le tenons en très haute estime en tant qu’homme qui s’est tenu fermement à la Parole de Dieu. Le mouvement créationniste Terre jeune qu’il a inauguré a beaucoup accompli en près de 50 ans depuis la publication de The Genesis Flood. Le créationnisme Terre jeune a inspiré une confiance renouvelée dans l’exactitude historique de la Genèse et de l’ensemble de la Bible. Il a encouragé les chrétiens à entrer dans les domaines scientifiques et à démontrer que l’on peut être un chrétien croyant à la Bible et un scientifique capable sans compromis. Heureusement, cela a même conduit un certain nombre de familles à quitter les usines athées connues sous le nom d’écoles publiques à la recherche d’une alternative éducative basée sur la Bible.

Tout comme Morris et Whitcomb ont fait revenir le bon sens biblique dans le débat sur les origines, le temps est venu de faire revenir le bon sens biblique dans la question des prophéties bibliques. Les parallèles sont frappants : tout comme l’humanisme évolutionniste a sapé l’Évangile en jetant le doute sur l’exactitude de la Genèse, le dispensationnalisme a paralysé l’Église avec ce que Gary DeMar appelle à juste titre « la folie des derniers jours« .

Nous ne pouvons qu’imaginer ce que l’Église pourrait accomplir si de plus en plus de chrétiens interprétaient correctement l’ensemble de la Bible (pas seulement la Genèse). De la création à la révélation, la Bible raconte une histoire qui se développe avec un but, une rédemption et une victoire. À l’inverse, le dispensationnalisme a découpé la Bible en morceaux isolés et rendu une grande partie du christianisme moderne « attachant en privé, mais socialement dénué de pertinence » (lisez le livre de Gary DeMar, Myths. Lies and Half-truths: How misreading the Bible Neutralize Christians, pour une analyse approfondie de ce phénomène.) Ceci est un rappel de la raison pour laquelle American Vision existe : pour équiper les chrétiens en leur donnant une vision biblique complète du monde et les moyens de reconquérir chaque centimètre carré de la création pour l’avancement du Royaume de Christ. Nous sommes au tout début d’un autre mouvement très important dans l’histoire de l’Église. Voulez-vous nous rejoindre ?

Notes  :

[1] Henry M. Morris, History of Modern Creationism (San Diego, CA : Master Books, 1984), 154.
[2] Morris, History, 155-156.

Source : https://americanvision.org/1037/recovery-of-biblical-creationism/

Article original en anglais publié le 3 mars 2006.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.