Apologétique, Articles, Christianisme, Cosmologie, Création, Darwinisme, Evolution, Exégèse et herméneutique, Foi et science, La Bible et la science, Livres, Science, Théologie

Les jours de la création – leur signification biblique. Par Douglas Kelly

L’œuvre du premier jour de la création nous met face à la différence majeure qui existe entre le christianisme biblique et le naturalisme séculier : une création ex nihilo par un Dieu infini et personnel, en totale contradiction avec le concept de l’éternité de la matière et de l’énergie. L'autre grande différence, probablement irréductible, entre la présentation biblique de la réalité et celle de la philosophie humaniste est la question du temps, et plus particulièrement l’âge de l'univers. D'immenses périodes de temps sont nécessaires pour que la théorie de l'évolution puisse valider une alternative impersonnelle, sécularisée et vraisemblable à la création divine. En raison d'une conception du monde très largement modifiée au XIXe siècle par l’adoption du grand âge de la terre, d’abord en géologie, puis en biologie, et bientôt dans tous les autres domaines, ceux qui prenaient les Écritures au sérieux ont été confrontés à des questions difficiles quant à l’interprétation des six jours de la création.

Cosmologie, Science

L’ORIGINE DE L’UNIVERS – par Louis Boné  

Les théories scientifiques les plus fantastiques et les plus fantasques sont toujours dans le domaine de l’astrophysique parce que l’homme n’a à sa disposition que très peu de données véridiques et vérifiables dans ce domaine pour pouvoir limiter leur plausibilité. Certains scientifiques prennent cette situation comme une opportunité pour se prêter à des hypothèses sans fin, basées sur leurs spéculations.  

Cosmologie, Science

L’ORIGINE DE L’UNIVERS – par Louis Boné  

Les théories scientifiques les plus fantastiques et les plus fantasques sont toujours dans le domaine de l’astrophysique parce que l’homme n’a à sa disposition que très peu de données véridiques et vérifiables dans ce domaine pour pouvoir limiter leur plausibilité. Certains scientifiques prennent cette situation comme une opportunité pour se prêter à des hypothèses sans fin, basées sur leurs spéculations.