apostasie, Articles, Christianisme, dispensationnalisme, Eschatologie, Exégèse et herméneutique, Livres, Religion, Théologie

John Nelson Darby, l’essor d’un hérétique total – de Jean-Marc Berthoud

John Nelson Darby (1800-1882), avec ses « Frères de Plymouth », arrive alors sur scène. Il aura son originalité tout en s’inscrivant dans le contexte que nous avons ébauché. Consacré prêtre anglican en 1826, Darby renonce presque aussitôt à ce titre et formule sa doctrine de la « ruine de l’Église », qui est devenue tellement apostate que, seuls, la séparation totale et le rejet des ministères reconnus sont nécessaires. Comme le livre que vous avez entre les mains l’explique en détail, Darby arrive à Genève en automne 1837 et y reste jusqu’à la fin de 1838. Il se trouve souvent dans le canton de Vaud entre 1840 et 1847. Ce grand itinérant va prêcher sa doctrine « darbyste » un peu partout. Il traduira la Bible de façon littérale, en allemand (1871), en français (1881 – la Bible de Pau) et en anglais (1891.)