Articles, Foi et politique, Théologie, théonomie

Devrions-nous chercher un gouvernement chrétien ? Partie 2 – La nécessité de la théocratie

Jésus ne revendique pas seulement l'autorité sur l'Eglise, mais aussi sur le ciel et la terre, ce qui inclut l'Etat. Les "nations" (y compris l'État) sont l'"héritage" et la "possession" de Jésus (Psaumes 2:8.) La question est donc de savoir comment il dirige l'État. Jésus a demandé aux Douze de littéralement "faire des disciples de toutes les nations" (μαθητεύσατε πάντα τὰ ἔθνη ἔθνη) et de le faire en "baptisant" et en "enseignant" (les deux participes présents complètent le verbe principal "faire des disciples".) Les disciples devaient enseigner à "tous" ce que Jésus leur avait ordonné. Qu'il soit explicite ou implicite, l'enseignement de Jésus devait guider les chrétiens dans la gestion d'un gouvernement civil. Le gouvernement civil est sous le règne de Jésus en tant que roi, et l'État doit être guidé par ses enseignements.

Articles, Christianisme, Foi et politique, Le christianisme dans le monde, Théologie, théonomie

LA LOI DE DIEU (THÉONOMIE)

Étymologiquement, le mot théonomie vient du grec theo, Dieu, et nomos, norme ou loi. Théonomie signifie donc littéralement loi de Dieu. La doctrine biblique de la théonomie a été définie de différentes façons par ses nombreux théoriciens et systématiciens. Toutes ces différentes définitions de la théonomie pointent vers une même vérité cardinale : Le droit en vigueur dans tout gouvernement (civil ou autre) doit être entièrement et exclusivement tiré des Saintes Écritures, directement ou indirectement. La théonomie prône donc la réformation de la spiritualité, de la culture, de l’économie et du droit en les alignant sur la loi de Dieu révélée dans la Bible. Par conséquent, la théonomie est incompatible avec le polythéisme sociopolitique (appelé couramment multiculturalisme ou pluralisme religieux).

Articles, Christianisme, Témoignages

Pourquoi je crois en Dieu de Jean-Marc Berthoud

Pendant quinze longs mois, la conviction de mon état de péché devant mon Créateur saint et juste ne fit que grandir avant que, émerveillé, j’aie commencé à découvrir, enfin, que cette colère impétueuse de Dieu que je méritais si justement, était tombée pour moi, à la croix de Gologotha, sur son Fils bien-aimé, notre Sauveur et Seigneur Jésus-Christ, Dieu fait homme, seul Médiateur entre le Père et les hommes.

Articles, Christianisme, Foi et politique, Le christianisme dans le monde, Politique, Religion, Théologie

Encyclopédie de Diderot : article sur la Genève du temps de Calvin

Les résultats obtenus par Calvin et l’Évangile qu’il a prêché à Genève sont exemplaires. La propagande jésuite du XVIIe siècle a réussi à noircir le tableau, mais si on lit l’article « Genève » des encyclopédistes (Diderot, D’Alembert) on a un tout autre son de cloche. Oui, aux grands maux, les grands remèdes… Genève était une ville corrompue et décadente, Calvin en a fait une cité phare, ouverte sur le monde.