Articles, Foi et politique, Théologie, théonomie

Une vision du monde biblique sans la Bible. Comment cela est-il possible ? – Par Gary DeMar

Comme Kuyper et Henry Van Til avant lui, Meeter, qui affirme que la Bible "est le critère ultime par lequel l'État doit être guidé pour déterminer quelles lois il doit administrer" n'a jamais defini de méthodologie biblique. En fait, il n'a jamais cité un seul passage de l'Écriture pour défendre sa position, bien qu'il y ait de vagues références aux idéaux bibliques ! Lire Meeter, c'était comme lire un roman inachevé. L'avion n'avait toujours pas d'ailes.

Articles, Christianisme, Foi et politique, Le christianisme dans le monde, Politique, Religion, Témoignages, Théologie, théonomie

Abraham Kuyper – Un théologien antirévolutionnaire méconnu

Deux tendances néfastes ont souvent heurté l'Eglise de front : la première est celle qui consiste à mettre sur un piédestal la science et l'érudition théologiques lesquelles, à la longue, n'étant pas imbibées du Souffle divin de vie, deviennent connaissance stérile et lettre morte ; la deuxième, à l'inverse, est de déprécier l'intelligence et toute… Lire la suite Abraham Kuyper – Un théologien antirévolutionnaire méconnu

Apologétique, Articles, Christianisme, Droit, Etats-Unis, Foi et politique, La Bible et l'histoire, Le christianisme dans le monde, Politique, Théologie

Clarification du rôle joué par le christianisme dans la fondation des États-Unis. Réponse de Francis A. Schaeffer à Jean-Marc Berthoud

Certains historiens, non contents d’avoir fait disparaître toute influence chrétienne de l’histoire des États-Unis, de la Grande-Bretagne et d’autres pays, vont jusqu’à prétendre que la Réformation elle-même n’était rien d’autre qu’une des manifestations de l’esprit de révolte de la Renaissance contre toute autorité. On entre alors non seulement en contradiction avec la vérité historique, mais on s’oppose aussi à la vérité que Dieu ressuscita pendant la Réformation, et aux conséquences de cette réforme pour nos pays d’Europe du Nord. A la page 12 de votre lettre, vous écrivez que le « thème principal de l’histoire de l’Occident depuis 250 ans est celui de l’érosion graduelle de cette base chrétienne de nos diverses sociétés ». C’est cette affirmation-là que nient ces hommes.