Apologétique, Foi et politique, Livres, Thèéologie de la Réforme, Théologie, théologie politique, théonomie, Uncategorized

Pierre Viret théologien. Théologie de la Réforme et application actuelle – par Jean-Marc Berthoud


Vous présente la parution
de son nouveau livre

PIERRE VIRET
THÉOLOGIEN

Théologie de la Réforme et application actuelle

Dans cet ouvrage, Jean-Marc Berthoud examine avec clarté et précision la vie et la théologie de Pierre Viret, géant oublié de la Réformation. Il explore à la fois les écrits de Viret et leurs implications théologiques et philosophiques, tout en fournissant des applications très pertinentes dans les débats éthiques de notre époque. Dans ces pages, J.-M. Berthoud analyse la pensée de Viret sur la façon dont l’homme peut atteindre une véritable connaissance de Dieu ainsi que sur la façon dont le monde et l’histoire doivent être vus à travers cette connaissance. S’appuyant sur un travail important de Douglas F. Kelly, J.-M. Berthoud se penche sur l’enseignement de Viret au sujet de l’image de Dieu en l’homme. Il examine également la compréhension qu’avait le réformateur suisse sur les liens juridiques entre l’Église et l’État, la définition et l’utilisation du droit naturel et l’application de la loi de Dieu à la société. Il compare également avec perspicacité Pierre Viret et son collègue Jean Calvin, notant les similitudes et les différences entre les deux hommes et soulignant les aspects distincts, mais complémentaires de leur pensée et de leurs écrits.

Jean-Marc Berthoud. Pierre Viret théologien. Théologie de la Réforme et application actuelle. Edité par l’Association Pierre Viret, collection Messages. 178 pages, 9 novembre 2021. 21,70 euros. ISBN : 9781794842120. Le livre peut être commandé ici.


Préface

Par Dominique Troilo
Président de l’Association Pierre Viret

Le présent livre est un recueil de cinq interventions de Jean-Marc Berthoud, entre 1991 et 2018. La matière a été réorganisée pour en faire huit chapitres. Lesdites interventions ont été reprises dans le style corres­pondant et trois excursus y ont été joints. Le lecteur ne sera donc pas surpris de retrouver certains thèmes plusieurs fois, plus ou moins dévelop­pés selon le contexte.

Les positions théologiques personnelles exposées par l’auteur lui appar­tiennent. Notre Association ne se pose pas en censeur, elle n’a d’autre but que de favoriser l’étude et la diffusion de la pensée de Pierre Viret.

Dans sa première communication (ci-après, chapitre 1), l’auteur com­mence par nous raconter Viret, puis il replace les choix du Réformateur dans leur contexte. On se met à comprendre de quelle manière le Politique a profité de la Réformation pour prendre le pouvoir à la fois sur le monde civil et sur le monde spirituel. Finalement, on a chassé un pape pour en installer un autre. On saisit mieux pourquoi Viret s’est très vite inquiété de redonner son rôle à l’Église dans le domaine de la discipline ecclésiastique.

C’est ici qu’il nous faut dévoiler une découverte qu’a faite notre ami Michael Bruening. Il existe un manuscrit latin de plus de 400 pages, sans titre, rédigé de la main de Théodore de Bèze. Il y fait l’apologie des pasteurs et professeurs de Lausanne suite à leur expulsion par les Bernois en 1559. Dans ce document, Bèze transcrit intégralement plusieurs lettres et sources de cette période. Une partie de ce matériel est bien connu et a été publié en son temps par Herminjard et les Calvini Opera, et plus récemment par Michael Bruening lui-même. Mais une grande partie n’a jamais été publiée. Cette collection, à elle seule, éclaire bien des points de cette controverse qui a duré une vingtaine d’années.

Le plus intéressant pour nous ici et que dans le Volume 64 des Archives Tronchin, aux ff. 142v-185r se trouve un court traité sur la discipline ecclé­siastique écrit par Viret en mars 1558, qui a longtemps été considéré comme perdu : P. Vireti Libellus de disciplina Bernensi Senatui exhibitus. On notera encore deux lettres de Viret dans ces mêmes archives, Volume 7, ff. 93v-100r, adressées au Conseil de Berne, les 6 et 27 novembre 1558.

Ces documents éclairent d’un jour nouveau le rôle que Viret a joué dans les positions fermes adoptées par les pasteurs et professeurs lausannois.

Dès mes premières lectures dans les premiers écrits de Viret, j’ai été frappé par la maturité de sa pensée théologique. Et je me suis souvent posé cette question iconoclaste : Et si Calvin s’était inspiré de Viret ? Plus j’avan­çais dans mon étude, plus cette certitude s’est installée.

Dans sa deuxième communication (ci-après, chapitres 2-4), J.-M. Berthoud, en se penchant sur le thème de la connaissance de Dieu, montre bien l’originalité en bien des points de Viret par rapport à son ami Calvin. Mais Rebekah Sheats, en lectrice attentive des deux Réformateurs, a effectivement trouvé chez Calvin des développements initiés par Viret. Voici ce qu’elle nous en dit dans une lettre que vous trouverez en note plus loin :

Fait intéressant, en examinant les sermons de Calvin, j’ai été amusée de voir qu’il semble qu’il a employé le texte de Viret comme base pour ses sermons sur le Décalogue dans le Deutéronome. Les simili­tudes entre ses sermons et les com­mentaires de Viret sont assez frappantes, suivant fréquemment idée pour idée (et presque mot pour mot occasionnellement). Comme vous le savez, Calvin a prêché sur le Deutéronome l’année suivant la publication originale du commentaire de Viret.

Rebekah Sheats.

Comme l’exprimait en son temps A.-L. Hofer, nous sommes en pré­sence de la triade l’élite. Farel, Viret et Calvin sont redevables les uns des autres. Mais l’expression théologique plus moderne de Calvin, nous a laissé penser qu’on lui devait tout.

Dans sa troisième communication (ci-après, chapitre 5), l’auteur nous propose un exercice intéressant : lire la lecture que fait un professeur réformé américain, Douglas F. Kelly, de la lecture que Viret fait de l’image de Dieu en l’homme.

Ces trois hommes ont une lecture que l’on qualifie parfois, de manière condescendante, de fondamentaliste. Ce croisement met en lumière l’évolution de la pensée depuis les combats de Viret contre ceux qu’il qualifiait d’athéistes et le mouvement de sécularisation qui s’est poursuivi jusqu’à notre époque, et le fossé qui s’est creusé entre science et foi.

Depuis longtemps, J.-M. Berthoud s’intéresse aux questions touchant à la Loi divine et au droit. Il a écrit plusieurs fois à ce sujet par le passé. Pour sa quatrième communication (ci-après, chapitres 6 à 8), Viret lui donne l’occasion de revisiter ses thèses et de confirmer ses positions. Le lecteur peu familier de ces thématiques se perdra peut-être dans les développe­ments, mais cette étude démontre combien le Réformateur maîtrisait les concepts les plus complexes. L’auteur met bien en lumière l’approche radi­calement différente du législateur moderne d’avec celle de Viret et de la tradition chrétienne qu’il représente.

Dans sa dernière contribution (ci-après, chapitre 9), nous sommes ame­nés à comparer les commentaires que font plus particulièrement Calvin, Bullinger et Viret sur un passage du Deutéronome touchant à la falsification des poids et des mesures.

Au travers de ces différentes contributions, J.-M. Berthoud nous fait découvrir un Viret très au fait des questions juridiques et agile dans son application des principes bibliques aux situations concrètes de son temps. C’est une invitation à faire de même à notre époque, pour confronter notre société dans son choix d’avoir fait d’elle-même son propre référentiel.


Table des Matières

   D.-A. Troilo : Préface

   Chapitre I Pierre Viret et le refus de l’Église de plier devant la puissance de l’État

                     Théodore de Bèze : Pierre Viret 

   Chapitre II Ce que Pierre Viret (1511-1571) a enseigné sur la connaissance de Dieu

                      Introduction

                      Comment connaître Dieu ?

   Chapitre III Contraste entre la théologie de Viret et celle de Calvin : l’intelligence du
                       monde créé et de l’histoire

   Chapitre IV Comment apprécier la théologie de Viret ? Jean Calvin à la lumière de
                       Pierre Viret

                       Conclusion

Annexe : Pierre Viret 1511-1571. Héraut d’une science réaliste : physique et
                biologique, théologique et morale : celle d’un univers créé et ordonné par Dieu

   Chapitre V L’homme, image de Dieu chez le Réformateur Pierre Viret. La lecture de
                      Douglas F. Kelly

                      En guise de Préambule, Lettre de remerciements adressée à Henry de
                      Lesquen, Directeur de Radio Courtoisie

                      Avant-Propos

                      Introduction

                      1. Deux visions du cosmos

                      2. La pensée des Réformateurs se rapportant à l’image de Dieu

                      3. L’image de Dieu chez Pierre Viret

                      Conclusion

   Annexe : L’enjeu véritable du débat entre Science et Foi

   Chapitre VI Pierre Viret et la Loi de la Nature

                       Envoi

                       Introduction

   Chapitre VII Sur la diversité nécessaire des lois entre nations et de l’abus moderne du
                         Droit de Nature

   Chapitre VIII Un ordre naturel privé de sens appelle au retour à l’ordre de nature
                          selon la création divine Mot de la fin

   Chapitre IX Viret et l’application de la Loi de Dieu à la société

                       Agrippa d’Aubigné : Le bon Roi, image de Dieu

   Annexe : Le système moderne de vol à grande échelle pratiqué par les Banques
                  centrales

   Bibliographie

     I. L’époque de Pierre Viret

     II. Pierre Viret, ses œuvres

     III. Pierre Viret, sa vie et son œuvre

     Index biblique

     Index nominatif


A propos de l’auteur

Jean-Marc Berthoud est un théologien réformé et auteur suisse. Il a publié quinze livres sur le christianisme moderne. Jean-Marc Berthoud est né en 1939 en Afrique du Sud de parents missionnaires suisses originaires de Neuchâtel.

Jean-Marc Berthoud a fréquenté l’Université de Witwatersrand à Johannesburg en République d’Afrique du Sud, où il a obtenu deux Bachelors of Arts en histoire et en anglais. Il a fait des recherches en histoire coloniale à la Sorbonne et à l’Université de Londres entre 1960 et 1964.

Au printemps 1966, Jean-Marc Berthoud se convertit au christianisme à la suite de la lecture du Traité des scandales de Jean Calvin, après s’être vivement intéressé au style français de Calvin. Il abandonne alors une carrière universitaire prometteuse. Pour subvenir aux besoins d’une famille nombreuse, il a travaillé comme jardinier, puis comme porteur de chemin de fer, et enfin comme employé postal manuel à temps partiel jusqu’à sa retraite professionnelle en 2004. Le récit de sa conversion par lui-même peut être lu ici.

Jean-Marc Berthoud a publié plus de treize livres en français et en a écrit un en anglais, une biographie du réformateur français Pierre Viret. Parmi ses travaux inédits, l’on peut citer une étude en plusieurs volumes des Dix Commandements dans leur exposition à travers l’Écriture et un commentaire sur Ézéchiel 1 à 24 ainsi qu’une étude sur Pierre de La Ramée (Petrus Ramus), précurseur de Descartes contre la foi réformée confessant. Notons également son ouvrage Du pouvoir dans la vie chrétienne, autre référence incontournable pour comprendre l’enseignement de l’Ecriture sur l’autorité et sur la relation entre l’Eglise et l’Etat souvent très mal comprise. Une série de conférences en quatre volumes sur l’histoire alliancielle de l’Église dans le monde, qui retrace le thème de l’alliance de Dieu, en se concentrant particulièrement sur le peuple de l’alliance et sa relation avec la vie des nations a été publiée récemment aux éditions Pierre Thierry Benoît.

Jean-Marc Berthoud a été pendant de nombreuses années le rédacteur en chef des revues Résister et Construire et de la Documentation Chrétienne. Il a présidé l’Association Vaudoise de Parents Chrétiens et l’Association Création, Bible et Science, a été directeur d’une collection de livres, Messages, pour les Éditions L’Age d’Homme, et a tenu une librairie chrétienne, La Proue, pendant plus de vingt ans.

Entre autres positions, Jean-Marc Berthoud s’oppose à l’avortement, défend la création biblique et critique le dispensationalisme. Sa défense de la création biblique dans Création, Bible et Science (aujourd’hui épuisé, en cours de réédition) est exceptionnelle et manifeste un courage et une détermination exemplaires qui doivent être salués à leur juste valeur, car qui aujourd’hui parmi les érudits francophones oserait remettre en cause la vache sacrée de notre époque, à savoir l’évolution darwinienne, sinon à vouloir perdre définitivement toute respectabilité académique ? Création, Bible et Science forme avec Apologie pour la loi de Dieu et ses autres ouvrages qui étudient en détail l’extension et l’applicabilité de la loi dans divers domaines, notamment en politique et dans l’éthique, son magna opus qui explicite la sagesse du Dieu Créateur souverain dans Ses prescriptions et Ses ordonnances régulatrices pour le cosmos tout entier et pour la vie des hommes en particulier.

Jean-Marc Berthoud vit à Lausanne, en Suisse, avec son épouse Rose-Marie. Ils ont cinq enfants et huit petits-enfants.

Son style d’écriture est simple, direct, accessible. Il manie à la perfection l’art de la transposition des concepts théologiques et philosophiques les plus profonds et les plus ardus dans le langage courant sans le pédantisme si fréquent des intellectuels. Comble de tout, il n’hésite pas à attiser par ses réprimandes, au nom de la vérité de l’Ecriture et de la fidélité à Dieu, la vindicte populaire, en taxant de mensonges et de déraison ce qui a été érigé en vérité et sagesse par la majorité bruyante autant dans le monde que dans l’Eglise. Pour cette raison, nous pouvons être reconnaissants à Dieu de nous avoir donné la plume et le caractère d’un homme tel que Jean-Marc Berthoud devenus d’autant plus indispensables que la norme de l’Ecriture se délite sous l’effet de l’antinomisme.

Jean-Marc Berthoud vit à Lausanne, en Suisse, avec son épouse Rose-Marie. Ils ont cinq enfants et huit petits-enfants

1 réflexion au sujet de “Pierre Viret théologien. Théologie de la Réforme et application actuelle – par Jean-Marc Berthoud”

  1. Chers frères,

    Merci de tout cœur de faire connaître cette étude sur certains aspects

    de la théologie de Pierre Viret, un maître pour ce temps.

    Amitiés,

    Jean-Marc Berthoud

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.