Articles, Destitution de Donald Trump, Donald Trump, Elections présidentielles de 2020, Enquête sur la collusion russe, Etats-Unis, L'État profond, Politique, Socialisme et marxisme

Dans ses premières remarques publiques depuis la grâce présidentielle, Michael Flynn déclare que le coup d’État contre Donald Trump est toujours en cours.

Par Melanie Sun

29 novembre 2020

Michael Flynn s’exprime lors du sommet inaugural de la communauté du renseignement organisé par l’Alliance pour le renseignement et la sécurité nationale (INSA) le 12 septembre 2013 à Washington, DC. (Mandel Ngan/AFP/Getty Images).

Dans son premier discours public depuis qu’il a été gracié par le président, le général de corps d’armée à la retraite Michael Flynn a déclaré qu’il y a « toujours un coup d’état en cours » contre le président Donald Trump.

M. Flynn, qui a également été directeur de l’Agence du Renseignement de la Défense (Defense Intelligence Agency) sous l’administration Obama, puis conseiller à la sécurité nationale de M. Trump, a averti samedi les Américains qu’il y a actuellement une « agression » contre notre mode de vie qui dure depuis le début de la présidence de M. Trump.

« Ils ont amélioré leur jeu », a déclaré M. Flynn à propos de certaines figures du Parti démocrate, dont il a dit qu’il n’avait gardé « que le nom » depuis son virement vers la « gauche ».

« Quand ils ont perdu en 2016, je pense qu’ils ont décidé de se dire : ‘Nous n’allons pas permettre que cela se reproduise' », a déclaré M. Flynn à propos de la direction du Parti démocrate.

Il a ensuite souligné le climat de division politique accrue pendant les quatre années de la présidence de M. Trump, au cours desquelles les principaux médias et ce qu’il a décrit comme étant le « Parti socialiste démocratique d’Amérique » ont essayé de démettre M. Trump de ses fonctions.

« Je pense que ce que nous avons vécu au cours des quatre dernières années – et certainement à la fin de 2016 et au début de 2017 – a été un effort très fort pour renverser un président dûment élu », a déclaré M. Flynn.

Il a déclaré que M. Trump, en tant que non-politicien de New York, a dû faire face à une pression politique, technologique et financière sans précédent au début de son mandat destiné à le forcer à se retirer de la politique.

« Je sais que certains avaient le sentiment que peut-être il allait juste … dire : ‘Vous savez quoi, je n’ai pas besoin de ce genre de choses. J’ai mieux à faire », et qu’il partirait.

« Dieu merci, il ne l’a pas fait », a dit M. Flynn.

Mais comme M. Trump est resté en fonction, M. Flynn a déclaré que l’établissement politique et les médias ont continué à le poursuivre « de toutes les manières possibles », ce qui s’est traduit publiquement par des « opérations psychologiques » telles que l’enquête sur la Russie et la tentative pour le destituer initiées par les démocrates de la Chambre, et plus récemment par la politisation de la pandémie du virus du PCC (Parti communiste chinois).

Maintenant, a déclaré M. Flynn, parce que le Parti démocrate n’a pas obtenu le résultat escompté dans les votes dont il avait besoin pour assurer l’entrée de son candidat, l’ancien vice-président Joe Biden, à la Maison Blanche, l’Amérique est témoin actuellement de « vols de bulletins de vote par correspondance » et de « vols avec ce logiciel Smartmatic et les systèmes Dominion ».

« C’est encore un coup d’État en cours », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que le cousin idéologique des groupes politiques d’extrême gauche américains, le Parti communiste chinois, est intéressé à soutenir un tel coup d’État.

« Ce que nous avons vu, au cours des deux dernières décennies, c’est un changement complet qui se manifeste dans la rapidité à laquelle, je crois, la Chine communiste, dans son plan à long terme, a décidé de faire avancer ses plans pour devenir la seule superpuissance mondiale sur la planète.

« Je crois que lorsque, lors des dernières élections de 2016, ils n’ont pas eu le candidat dont ils avaient besoin et le genre d’idéologie vers laquelle ils voyaient l’Amérique se diriger, ils n’allaient pas permettre qu’il se produise la même chose en 2020 », a déclaré M. Flynn, en blâmant les systèmes logiciels sous contrôle étranger utilisés lors des élections pour laisser le pays vulnérable à l’ingérence étrangère.

Mais il a ajouté, qu’avec les « centaines et centaines » de patriotes américains à travers le pays qui se sont présentés pour offrir leurs témoignages sous forme de déclarations sous serment à des « guerriers » sur le champ de bataille juridique tels Rudy Giuliani et Lin Wood, « je crois que nous allons voir un certain dynamisme propice au changement ici. »

« Il y a déjà un mouvement sous-jacent de changement en faveur du président et je crois qu’au bout du compte, nous allons découvrir qu’il a gagné par une victoire écrasante et qu’il sera inauguré en janvier prochain », a déclaré M. Flynn, faisant référence aux nombreuses contestations judiciaires actuellement en cours ou envisagées par les tribunaux des états clés et la Cour suprême.

Flynn a fait la une des journaux en 2017 lorsqu’il a été visé par la communauté du renseignement pour des accusations de « collusion avec la Russie ».

Alors qu’il a plaidé coupable le 1er décembre 2017 à une accusation de mensonge au FBI pour avoir parlé à l’ambassadeur russe aux États-Unis Sergey Kislyak pendant la période de transition de Trump en 2016, Flynn a ensuite retiré son plaidoyer, disant que ce dernier faisait partie d’un accord avec les procureurs qui l’avaient menacé de charges visant son fils. Le général à la retraite a également accusé le gouvernement de mauvaise conduite dans le dossier le concernant.

Son dossier a été utilisé par les médias pour avancer le narratif non fondé selon lequel la campagne Trump était de connivence avec le Kremlin dans le but d’influencer l’issue des élections de 2016.

Le sénateur Ted Cruz (Républicain du Texas) de la Commission judiciaire du Sénat a déclaré le 10 novembre que la motivation du FBI, en poursuivant M. Flynn, était « une persécution et des poursuites politiques fallacieuses » menées par ceux qui sont en désaccord « politiquement avec le président Trump ».

Source : https://m.theepochtimes.com/michael-flynn-says-coup-against-trump-still-in-progress-in-first-public-remarks-since-pardon_3597254.html

Articles recommandés :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.