Articles, Corruption, Donald Trump, Elections présidentielles de 2020, Etats-Unis, Joe Biden, L'État profond, Médias et désinformation, Politique, Société

« Cela défie la logique » : un scientifique découvre des signes révélateurs de fraude électorale après avoir analysé les données des bulletins de vote par correspondance.

TylerDurdenPar Tyler Durden

10 novembre 2020

Il semble que les Démocrates se soient tiré une balle dans le pied parce que la généralisation du vote par correspondance facilite en fait la détection des fraudes sur les bulletins de vote par correspondance.

Un fil de discussion très intéressant est apparu sur Twitter dimanche [ndt : 8 novembre 2020], provenant d’un scientifique spécialiste des données qui souhaite rester anonyme, concernant des données sur les bulletins de vote envoyés par la poste qui suggèrent fortement que des fraudes se sont produites aux petites heures de la nuit des élections, lorsque plusieurs états pivots ont inexplicablement cessé de communiquer le décompte des voix alors que le président Trump maintenait une bonne avance sur Joe Biden.

En utilisant les séries chronologiques récupérées comme par raclage à partir du site Internet du New York Times, les données – comparant plusieurs états (pivots ou non) – illustrent clairement ce à quoi ressemble ou non la fraude, et comment plusieurs anomalies dans les états pivots ont laissé des « empreintes typiques de fraudes » au moment où Biden a devancé le président Trump.

Présenté ci-dessous via @APhilosophae :

Les informations suivantes sont fournies par un scientifique anonyme spécialiste des données et une autre personne anonyme qui a écrit un script pour racler sur le site web @nytimes les données des séries chronologiques nationales de comptage des bulletins de vote.

Tout cela est basé sur leur source de données propriétaire « Edison » qui serait normalement impossible à consulter pour des personnes extérieures à la presse. Le fichier texte tabulé CSV est disponible ici. Et le script pour le générer est ici. Je suggère à tous de sauvegarder ces deux fichiers, car il s’agit d’une source de données extrêmement importante, et nous ne pouvons pas prendre le risque que quelqu’un la supprime.

Ce que nous examinons, ce sera l’analyse des séries chronologiques, et vous verrez qu’il est extrêmement difficile de créer des données synthétiques convaincantes de séries chronologiques. En examinant les relevés quotidiens des séries chronologiques du processus de comptage des bulletins de vote pour l’ensemble du pays, nous pouvons très facilement repérer les fraudes.

L’une des premières choses que l’on remarque en examinant l’ensemble des données est qu’il semble y avoir une tendance évidente dans le rapport entre les nouveaux bulletins de vote en faveur de Biden [ndt : notés dans la suite « D » pour Démocrates] et les nouveaux bulletins de vote en faveur de Trump [ndt : notés dans la suite « R » pour Républicains].

Comme nous pouvons le voir sur ce diagramme utilisant l’échelle logarithmique sur les deux axes, pour de nombreuses mises à jour de la progression du comptage, nous constatons un rapport presque constant de #Biden sur #Trump. C’est une tendance si régulière que nous pouvons y plaquer un modèle de régression linéaire avec une précision presque parfaite, à l’exception de quelques valeurs aberrantes. Comment cela peut-il être possible ? Est-ce un signe révélateur de fraude ? De manière étonnante, comme l’on le verra, la réponse est non ! Il s’agit en fait d’un comportement attendu. De plus, nous pouvons utiliser ce modèle étrange dans le décompte des bulletins de vote pour repérer des fraudes !

Voici la même tendance pour la Floride. Nous observons à nouveau cette tendance linéaire.

Et encore (Texas) :

Et encore (Dakota du Sud) :

Et encore une fois dans tout le pays. Ce qu’il semble se passer, c’est que les points sur la ligne droite sont en fait des votes par correspondance. La raison pour laquelle ils sont si homogènes en ce qui concerne le rapport entre les votes pour Biden et les votes pour Trump est qu’ils sont mélangés au hasard dans les courriers comme un jeu de cartes. Comme les bulletins de vote sont mélangés de manière aléatoire pendant le transport, couvrant des zones occupées par de multiples facteurs démographiques de vote, l’on peut s’attendre à ce que le rapport entre les bulletins de vote par correspondance #Biden et les bulletins de vote par correspondance #Trump reste relativement constant au fil du temps et des différentes mises à jour des reports des votes.

Creusons un peu plus profondément :

Voici une représentation graphique des mêmes données de vote en Floride, mais cette fois-ci, il s’agit du rapport entre le nombre de bulletins de vote #Biden et celui des bulletins de vote #Trump, en fonction du temps. Ce que nous observons, c’est que les premiers reports de vote présentent beaucoup de bruit et sont « aléatoires ».

Les reports initiaux représentent les votes en personne. Ces reports de vote présentent de grandes variations car les votes en personne se déroulent dans différentes zones géographiques qui ont des orientations politiques différentes. Nous pouvons observer le même motif bruité de votes en personne, suivi de reports homogènes des votes par correspondance dans presque tous les cas. Ce que nous constatons dans presque tous les exemples à travers tout le pays, c’est que le rapport entre les bulletins de vote démocrates par correspondance et les bulletins de vote républicains est très constant dans le temps, mais avec une dérive notable du nombre de bulletins allant du vote démocrate vers un nombre légèrement plus élevé de votes républicains.

Cette légère dérive des bulletins de vote par correspondance du vote démocrate vers le vote républicain se produit à maintes reprises, et est probablement due au fait que les zones rurales éloignées ont plus de votes républicains. Ces régions périphériques mettent plus de temps à envoyer leurs bulletins de vote aux centres de vote.

Nous entrons maintenant dans le vif du sujet. Lorsque nous voyons dans le dépouillement des bulletins de vote par correspondance qu’il n’y a pas de rapports relativement stables des bulletins D et R qui dérivent légèrement vers R, nous avons une anomalie ! Les anomalies ne sont pas nécessairement des fraudes, mais elles peuvent nous aider à repérer plus facilement les fraudes.

Examinons maintenant quelques anomalies :

Voici le relevé de l’historique du comptage des votes du Wisconsin. Là encore, sur l’axe des ordonnées (Y), nous avons le rapport entre les bulletins D et R dans les reports par lot, et sur l’axe des abscisses (X), nous avons l’heure des reports. Vers 4 heures du matin, il y a eu un changement marqué dans le rapport entre les bulletins de vote par correspondance D sur R. D’après les autres messages de ce fil de discussion, cela ne devrait pas se produire. Il s’agit d’une anomalie, et bien que les anomalies ne soient pas toujours des fraudes, elles peuvent souvent indiquer une fraude.

En réponse à @APhilosophae :
Que s’est-il passé juste avant 3 heures du matin au Wisconsin ? Voici ce qui est arrivé !

Matt Smith :

Les 169 000+ bulletins de vote par correspondance de Milwaukee en route vers les autorités électorales du comté.

CulturalHusbandry :

Vers 3 heures du matin, heure du Wisconsin, une nouvelle liasse de 169 000 nouveaux bulletins de vote par correspondance est arrivée. Ils étaient censés ne plus accepter de nouveaux bulletins, mais bon, peu importe.

A 4 heures du matin, le rapport D/R est complètement chamboulé. C’est parce que ces bulletins n’ont pas été échantillonnés dans la population réelle des électeurs du Wisconsin, et qu’ils n’ont pas été randomisés dans le système de tri du courrier avec les autres bulletins. Il est fort possible que des bulletins supplémentaires aient été ajoutés à la liasse, soit par antidatage, soit par fabrication de bulletins, soit par manipulation logicielle frauduleuse. Cette situation est en quelque sorte analogue à la datation au carbone 14, mais concerne l’authenticité des liasses de bulletins.

Examinons une autre anomalie (Pennsylvanie) :

Voici l’historique du comptage des votes en Pennsylvanie. Pour la première partie du processus de comptage des votes, nous observons la même tendance pour les bulletins par correspondance que dans tous les autres états du pays, à savoir un rapport D/R relativement stable qui dérive progressivement vers R à mesure que le nombre de bulletins augmente. Mais à mesure que le dépouillement se poursuit, le rapport D/R des bulletins de vote par correspondance commence inexplicablement à « augmenter ». Là encore, cela ne devrait pas se produire, et cela n’est observé presque nulle part ailleurs dans le pays, car tous les bulletins sont mélangés au hasard dans le système postal et devraient être homogènes pendant le dépouillement. Les seules exceptions à cette règle sont les autres états suspects qui présentent également des anomalies.

Là encore, il s’agit d’une preuve d’antidatage ou de production de bulletins de vote ou encore de falsification logicielle des résultats.

Examinons une autre anomalie :

En Géorgie, nous observons à peu près la même chose qu’en Pennsylvanie : des parts croissantes de bulletins D envoyés par la poste au fil du temps, même si cela défie toute logique et que nous ne voyons cette tendance nulle part ailleurs dans le pays.

Dans le Michigan, nous voyons une combinaison d’incongruités du Wisconsin et de bizarreries observées en Géorgie et Pennsylvanie. Nous voyons à la fois des signes de contamination des bulletins de vote, et des rapports de vote D/R dérivant vers le vote démocrate alors qu’ils ne devraient pas le faire.

En Virginie :

Par souci d’équité, je dirai que la Virginie est le seul état sur les 50 qui présente des anomalies, mais qui n’a pas encore été accusé de fraude électorale. Je pense que c’est l’exception qui confirme la règle. Il reste à trouver la cause de ces variations anormales, mais voilà, la chose est dite afin que personne ne m’accuse de retenir les faits.

Récapitulons : il semble que les Démocrates se soient tiré une balle dans le pied parce que la généralisation des bulletins de vote par correspondance facilite la détection des fraudes. En Colombie-Britannique, tous les bulletins passent par le système postal, ils sont mélangés comme un jeu de cartes, donc nous pensons que les résultats des reports des bulletins est extrêmement UNIFORME en termes de rapport D/R, mais qu’ils dérivent légèrement vers R au fil du temps en Colombie-Britannique, parce que certains de ces bulletins viennent de loin et parcourent une plus grande distance. Cette tendance permet de prouver qu’il y a eu fraude et permet de vérifier l’heure à laquelle chaque action frauduleuse a eu lieu.

Source : https://planetfreewill.news/scientist-signs-election-fraud-analyzing-mail-in-ballot-data/

Article original en anglais publié le 9 novembre 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.