Articles, Etats-Unis, L'État profond, Politique, Socialisme et marxisme

La communauté du renseignement américaine anti-Trump « penche à gauche », selon un ancien officier de la CIA.

Par Paul Crespo

2 novembre 2020

Carol M. Highsmith via Wikimedia Commons

Alors que les partisans accusent le président Trump de politiser les agences d’espionnage américaines, la communauté du renseignement américaine a été politisée bien avant l’élection de Trump. La supercherie de la collusion avec la Russie et la récente désinformation sans fondement affirmant que les courriels de Hunter Biden font partie d’un « complot russe » ne font que renforcer l’ampleur de la politisation de la communauté du renseignement – vers la gauche.

Dans un récent article d’opinion, Fred Fleitz, officier de carrière de la CIA et secrétaire exécutif du Conseil national de sécurité sous le président Trump, déclare que

« le président Trump veut une réforme [du renseignement]. À en juger par leur activisme fiévreux de ces derniers temps, les ex-espions pro-Biden espèrent qu’une nouvelle administration leur permettra de revenir à la normale ».

Fleitz ajoute que la gauche et les médias ont créé un faux récit selon lequel la communauté du renseignement est irréprochable et pure sous les administrations démocrates, et a été politisée seulement sous les mandats républicains.

« Cela s’inscrit dans une longue tradition de malhonnêteté de la part des politiciens libéraux, de certains espions et des médias grand public concernant la politique des services de renseignements américains », déclare M. Fleitz.

Il poursuit en disant ce qui suit :

En tant qu’officier de la CIA, j’ai été témoin de la politisation des services de renseignement en vue de saper les administrations Reagan, George H. W. Bush et George W. Bush, et de sa politisation dans l’objectif de soutenir les programmes de politique étrangère des administrations Clinton et Obama. La plupart des agents du renseignement qui se sont livrés à une telle activité contraire à l’éthique s’en sont tirés ; beaucoup ont été récompensés.

Même avant l’élection de Trump, j’avais prédit qu’il aurait beaucoup de mal avec la communauté du renseignement, car elle penche de plus en plus vers la gauche. Je n’aurais pas pu imaginer à quel point ce problème serait grave : que le renseignement serait utilisé pour torpiller une administration dûment élue.

Cela comprenait des fuites de rapports de l’Agence de sécurité nationale, le dévoilement de responsables de la campagne Trump à partir de rapports des services de renseignement et l’utilisation d’un dossier frauduleux payé par le Comité national démocrate pour justifier l’espionnage de l’équipe de Trump sous prétexte qu’elle serait en collusion avec des services secrets étrangers.

Fleitz soutient que les efforts de Trump pour contrer ce problème « sont venus un petit peu trop tard ». Ce n’est qu’avec les documents récemment déclassifiés et publiés par les personnes nommées par Trump, « que le peuple américain a commencé à comprendre les profondeurs des abus des services de renseignement anti-Trump ».

Néanmoins, Fleitz pense que

« l’administration Trump a fait des progrès significatifs en rendant publique la politisation rampante des agences de renseignement et en compensant une partie de ces progrès par des changements de personnel et une réorganisation du bureau du Département du Renseignement National ».

Donner à Trump un second mandat lui permettrait de terminer le travail de drainage du marais à l’intérieur de la communauté du renseignement et d’empêcher les méfaits des fonctionnaires choisis par Biden en attente de sa victoire qui cherchent « désespérément à inverser les modestes gains obtenus par l’administration Trump en matière de dépolitisation du renseignement ».

Comme le dit M. Fleitz,

« l’élection de 2020 porte sur de nombreux sujets, mais l’un des plus importants est le statut de l’appareil américain du renseignement ». Nos agences de renseignement servent-elles le peuple américain – ou leurs propres intérêts et les programmes de la gauche ? »

Source : https://americanactionnews.com/government/2020/10/29/anti-trump-u-s-intelligence-community-tilts-left-says-former-cia-officer-rs-pc/

Article original en anglais publié le 29 octobre 2020.


A propos de l’auteur

Paul Crespo

Paul Crespo est un expert en matière de défense et de sécurité nationales. Il a travaillé comme officier du corps des Marines et comme attaché militaire auprès de la Defense Intelligence Agency (DIA) dans les ambassades américaines du monde entier. Il est diplômé des universités de Georgetown, Londres et Cambridge. Paul Crespo est également PDG de SPECTRE Global Risk, une société de conseil en sécurité, et est le responsable éditorial et un contributeur du site Internet American Defense News.

Autres articles recommandés :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.