Articles, Corruption, Ethique, Médecine, Santé publique, Science, Société, Vaccins et vaccination

Médicaments, argent et faits trompeurs – par Laura Spinney

Par Laura Spinney

Publié le 14 août 2020

Il est temps de retirer les essais des mains des fabricants de produits pharmaceutiques, affirme le dernier d’une longue série de livres sur la corruption dans l’industrie pharmaceutique.

Version PDF

La production de médicaments est une industrie énorme, brassant des milliards de dollars qui reposent sur les résultats des essais cliniques. Photo : Ulrich Baumgarten via Getty

The Illusion of Evidence-Based Medicine: Exposing the Crisis of Credibility in Clinical Research. Jon Jureidini & Leemon B. McHenry. Wakefield (2020.)

Dans la course à la découverte de traitements et d’un vaccin pour la COVID-19, il est plus que jamais essentiel que la société puisse faire confiance aux entreprises pharmaceutiques qui cherchent à obtenir une approbation réglementaire. The Illusion of Evidence-Based Medicine est le dernier d’une longue série d’ouvrages qui nous mettent en garde contre un espoir excessif.

Le pédopsychiatre Jon Jureidini et le philosophe Leemon McHenry contestent l’hypothèse selon laquelle tous les médicaments et appareils médicaux approuvés sont sûrs et efficaces. Ils avertissent que lorsque la science clinique s’accroche à la course aux profits de l’industrie pharmaceutique, la méthode scientifique est sapée par les effets de marketing et le tri sélectif des données. Ils proposent une solution inspirée par le philosophe des sciences Karl Popper : retirer les essais des médicaments des mains des fabricants.

Les auteurs craignaient que les éditeurs universitaires liés à l’industrie pharmaceutique n’exigent des modifications inacceptables de leurs travaux, ils ont donc choisi de publier avec une petite maison d’édition indépendante. Pour être honnête, des exposés similaires ont été publiés par des éditeurs grand public, notamment The Truth About the Drug Companies (2004) de Marcia Angell, ancienne rédactrice en chef du New England Journal of Medicine, et Bad Pharma (2012) de l’épidémiologiste clinique engagé Ben Goldacre.

Selon Jureidini et McHenry, peu de choses ont changé depuis la publication de ces ouvrages. Les universitaires prêtent encore leurs noms à des articles écrits par des auteurs fantômes et payés par les compagnies pharmaceutiques. Ces dernières font encore pression sur les revues pour qu’elles publient ces articles ; sur la base de ceux-ci, les autorités de réglementation approuvent les médicaments. Parce que l’industrie contrôle chaque aspect de ce processus – et les données les plus importantes – les deux auteurs l’appellent « crime organisé », d’après le livre de Peter Gøtzsche Deadly Medicines and Organised Crime, publié en 2013.

Jureidini et McHenry ont été témoins de ces pratiques de près, et ont passé plus de dix ans à passer au crible les documents publiés par les compagnies pharmaceutiques. En 2007, ils ont été engagés comme consultants par un cabinet d’avocats californien qui a représenté des plaignants dans des procès contre l’industrie. Le duo laisse aux lecteurs le soin de décider si ce conflit d’intérêts compromet leur position. Je suis enclin à applaudir leur détermination. « L’enjeu, écrivent-ils, est l’intégrité de l’une des plus grandes réalisations de la science moderne – la médecine fondée sur les faits ».

La « médecine fondée sur les faits », certains pourraient être surpris de l’apprendre, a été inventée récemment, au début des années 1990 pour souligner le fait que les médecins fondaient une grande partie de leur pratique sur un mélange non scientifique de recherche, d’expérience, d’anecdotes et de coutumes. Elle a produit des succès étonnants, comme le traitement de l’hypertension artérielle destiné à réduire le risque de maladies cardiovasculaires, et la personnalisation du traitement du cancer du foie. Pourtant, la distorsion des faits menace ces acquis, avertissent ces auteurs, et risque d’éroder davantage la confiance déjà fragile du public dans la médecine universitaire, se manifestant par exemple dans la méfiance croissante à l’égard des vaccins.

Ils discutent de deux essais de médicaments psychiatriques : l’étude 329 de GlaxoSmithKline, qui teste la paroxétine, et l’étude CIT-MD-18 de Forest Laboratories, qui teste le citalopram. Tous deux visent à obtenir l’approbation de la Food and Drug Administration (FDA) américaine pour l’utilisation d’antidépresseurs chez les enfants et les adolescents. Les premières publications ont conclu que les deux médicaments étaient sûrs et efficaces dans ce groupe. La paroxétine n’a pas été approuvée pour cet usage ; l’escitalopram, une variante du citalopram, l’a été.

En analysant le rapport clinique de l’étude 329, Jureidini et d’autres chercheurs ont découvert en 2015 que la paroxétine n’était pas efficace chez les adolescents souffrant de dépression majeure, comme le prétendait la publication originale de 2001. Ils ont également constaté qu’elle augmentait le risque de dommages tels que l’idéation suicidaire (J. Le Noury et coll. Br. Med. J. 351, h4320 ; 2015.) Un an plus tard, Jureidini et McHenry ont déconstruit l’étude CIT-MD-18 (J. N. Jureidini et al. Int. J. Risk Safety Med. 28, 33-43 ; 2016.) Ils ont révélé que les violations du protocole d’essai avaient été omises dans la publication originale de 2004. Une fois ces violations prises en compte, le citalopram ne semblait pas plus efficace qu’un placebo.

Les deux sociétés ont admis qu’elles avaient déformé les données de sécurité et d’efficacité, et ont payé de lourdes amendes. Pourtant, soulignent Jureidini et McHenry, GlaxoSmithKline a continué à affirmer que les conclusions de l’étude 329 avaient été rapportées avec exactitude. Et la FDA, disent-ils, n’a pris aucune mesure pour corriger les déclarations erronées de l’étude CIT-MD-18 dans la demande de Forest d’autoriser l’escitalopram pour traiter la dépression chez les adolescents.

Les entreprises ne communiquent les données brutes des essais que si elles y sont contraintes, généralement dans le cadre d’un litige (pour lequel elles établissent un budget.) Malgré les tentatives de rendre le processus plus transparent, par exemple en rendant obligatoire le pré-enregistrement des essais cliniques, beaucoup de ces données ne sont pas dans le domaine public. C’est pourquoi, selon les auteurs, ces cas ne représentent que la partie émergée de l’iceberg.

Théorie réfutable

Les auteurs conviennent que l’essai randomisé, contrôlé par placebo, est la meilleure méthode dont nous disposons pour tester les médicaments, et ils soutiennent que toute théorie scientifique devrait être testée, selon l’expression de Popper, en essayant de réfuter l’hypothèse nulle. Dans un essai, cela signifie qu’il faut essayer de réfuter l’idée que le traitement ne fait aucune différence. En adhérant à ce principe, les chercheurs ne peuvent jamais dire avec certitude qu’un traitement est efficace, mais ils peuvent dire de manière définitive qu’il ne l’est pas.

Cependant, les auteurs accusent les compagnies pharmaceutiques d’avoir rendu cela impossible, en concevant des protocoles qui garantissent un résultat positif ou en manipulant un résultat négatif. L’une des choses préoccupantes est la redéfinition des paramètres à mi-parcours de l’essai – une inquiétude qui a refait surface dans le contexte de l’essai en cours de l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses sur le remdesivir, un médicament potentiel de la COVID-19, réalisé par Gilead Sciences de Foster City, en Californie. Des solutions partielles, telles que l’obligation pour les entreprises de déposer les résultats des essais dans des bases de données publiques, n’ont pas réussi. Les mesures commerciales dissuasives sont tout simplement trop fortes.

Les idées de Popper ont souvent été critiquées. Les théories ne sont jamais vraiment réfutées, disent les critiques, mais elles se révèlent juste moins erronées que d’autres. Mais nous sommes allés trop loin sur la voie du relativisme, contre Jureidini et McHenry ; Popper propose une norme d’intégrité à laquelle nous devons revenir. La seule façon de s’en assurer, concluent-ils, est de faire réaliser des essais dans un système de santé public ou par une institution indépendante financée par une taxe imposée à l’industrie. Cela ne réussirait qu’avec le soutien du gouvernement, soutien qui a fait défaut. Pourtant, des modèles existent. L’Institut Mario Negri pour la recherche pharmacologique à Milan, en Italie, mène des essais cliniques indépendants depuis près de 60 ans.

La pandémie actuelle pourrait être l’occasion idéale de reconnaître qu’il y a un problème : les malades ont besoin de traitements et les bien portants ont besoin d’un vaccin. Citant l’historien grec Thucydide, les auteurs écrivent :

« Il y aura justice … lorsque ceux qui ne sont pas blessés seront aussi indignés que ceux qui le sont. »

Source : https://www.nature.com/articles/d41586-020-01911-7. Article original publié le 29 juin 2020.

Nature 583, 26-28 (2020)

doi: 10.1038/d41586-020-01911-7

A propos de l’auteur

Laura Spinney

Laura Spinney est l’auteur de deux romans en anglais, The Doctor et The Quick, respectivement publiés par Methuen et Fourth Estate. Son troisième livre, un portrait en paroles d’une ville européenne entitré Rue Centrale, a été publié en 2013 par les Editions L’Age d’Homme (en français et en anglais.) Son quatrième, un récit du plus grand massacre du 20ème siècle – la grippe espagnole – a été publié par Jonathan Cape en juin 2017. Sa traduction en anglais de Derborence, le roman bien-aimé de Charles-Ferdinand Ramuz, a paru en 2018 chez Skomlin Press. Son agent littéraire est Natasha Fairweather de l’agence londonien Rogers, Coleridge & White. Journaliste d’origine britannique, elle collabore à de nombreuses revues (National Geographic, The Economist, Nature…) et est établie à Paris depuis 2015. Son site personnel est accessible ici.


Autres articles recommandés :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.