Antichristianisme, Articles, Christianisme, Droit, Le christianisme dans le monde, Liberté religieuse, Persécution des chrétiens, Société

Est-il acceptable que les chrétiens s’opposent aux gouvernements autoritaires et à d’autres formes d’iniquité ?

Par Gary DeMar

1er août 2020

Ceux qui abandonnent la loi louent le méchant, mais ceux qui observent la loi s’irritent contre lui. (Proverbes 28:4.)

Le juste qui chancelle devant le méchant est une fontaine trouble et une source corrompue. (Proverbes 25:26.)

La gauche s’oppose toujours aux politiques gouvernementales qu’elle n’aime pas. Il y a une bonne et une mauvaise façon de faire cela. Brûler, piller, et tuer ne sont pas les bons moyens. Notre système constitutionnel permet l’opposition. La Constitution est un document d’opposition. En termes bibliques et constitutionnels, nous n’avons pas à nous soumettre au statu quo politique. Nous pouvons le changer. Il ne nous est pas commandé de rester silencieux ni passifs. Quand nous voyons le mal, nous avons le droit et le devoir de nous y opposer de nombreuses manières sans violer aucune directive biblique ni constitutionnelle.

Qu’en est-il de l’opposition culturelle comme on le voit tous les jours aux États-Unis ? Les chrétiens devraient-ils garder le silence et ne rien faire et simplement capituler devant les incroyants à tous les niveaux de la société ? Absolument pas.
L’année dernière, j’ai vu un article publié sur Facebook avec le titre « Nous devons capituler ». Il a été écrit par Carlos Chung, un avocat, qui est ancien à la Grace Community Church. L’article est mal argumenté et dangereux. Voici comment il commence :

En tant que soldats du Christ, nous devons capituler devant les incroyants à tous les niveaux.
Nous devons capituler en public et en privé, au niveau macroscopique et au niveau microscopique, à l’échelle nationale et à l’échelle privée. Nous devons capituler devant toute autorité laïque placée au dessus de nous.
À mesure que le monde se sécularise de plus en plus, le gouvernement deviendra l’un des principaux, sinon le plus dominant des agresseurs du christianisme. La question devient : comment lutter contre le gouvernement lorsqu’il déclare la guerre aux chrétiens et aux valeurs judéo-chrétiennes ?

Chung cite 1 Pierre 2:13-15 pour soutenir sa position :

Soyez soumis, à cause du Seigneur, à toute autorité établie parmi les hommes, soit au roi comme souverain, soit aux gouverneurs comme envoyés par Lui pour punir les malfaiteurs et pour approuver les gens de bien. Car c’est la volonté de Dieu qu’en pratiquant le bien vous réduisiez au silence les hommes ignorants et insensés.

Remarquez que Pierre dit : « toute autorité établie parmi les hommes », pas « les incroyants à tous les niveaux ». Les incroyants à tous les niveaux n’ont pas « d’autorité » pour punir les malfaiteurs ni pour régner sur nous. Le gouvernement des États-Unis est une « institution humaine ». La Constitution est notre « César » national. Sur la base de la Constitution, nous pouvons « pétitionner le gouvernement en vue d’une réparation des griefs » (Premier Amendement) en termes de religion, de discours, de presse et de rassemblement.
En outre, le Dixième Amendement limite le pouvoir du gouvernement national. Cela signifie qu’il existe des recours gouvernementaux au niveau de l’État que les chrétiens peuvent employer. Selon 1 Pierre 2:13-15, tout ce qui précède est bibliquement permis puisque les chrétiens agissent dans le cadre du système de gouvernement de notre nation.

L’article de Chung est typique des chrétiens qui prétendent que les chrétiens devraient acquiescer aux autorités civiles quoi qu’elles nous disent de faire et se taire à ce sujet. Chung souligne qu’il existe des exceptions :

Le seul moment où nous sommes libres de désobéir aux autorités institutionnelles, c’est quand elles nous ordonnent de désobéir à notre Seigneur et Maître, mais à part cela, nous devons être des citoyens exemplaires, soumis et respectueux envers les autorités sur nous. C’est parce que chaque autorité a été placée là par Dieu Lui-même. C’est ce que le pasteur MacArthur appelle la citoyenneté évangélique.« 

Pierre lui-même fait valoir ce point à deux endroits dans le livre des Actes :

Pierre et Jean leur répondirent : « Jugez s’il est juste, devant Dieu, de vous obéir plutôt qu’à Dieu ; car nous ne pouvons pas arrêter de parler de ce que nous avons vu et entendu » (4:19-20.)

Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes » (5:29.)

Notez que Pierre ne mentionne pas ces exceptions dans son appel à « se soumettre… à toute autorité établie parmi les hommes ». A-t-il changé d’avis ? Pas du tout. L’avertissement de Pierre nous dit que nous devons évaluer notre soumission à l’autorité (et non pas capituler) à l’aune de la Bible entière.

Quiconque connaît ce que nous appelons « l’Ancien Testament » aurait su qu’il y avait des exceptions spécifiques aux commentaires absolutistes de Pierre.
Paul, en tant que citoyen romain et chrétien, a-t-il capitulé devant les autorités romaines en tout ? Lui et Silas ont été pris de force. Considérez ce qu’il se passe lorsqu’ils ont été traduits devant les « magistrats en chef » romains (Actes 16:19-20) :

« La foule se souleva aussi contre eux, et les préteurs, ayant fait arracher leurs vêtements, ordonnèrent qu’on les battît de verges. Après qu’on les eut chargés de coups, ils les jetèrent en prison, en recommandant au geôlier de les garder sûrement. Le geôlier, ayant reçu cet ordre, les jeta dans la prison intérieure, et leur mit les ceps aux pieds » (16:22-24.)

Selon Chung, Paul et ses associés auraient dû « capituler » et subir leur punition en paix et partir tranquillement. Mais ce n’est pas ce qu’il s’est passé. Il y a eu un tremblement de terre, le geôlier a été converti, et plus tard les magistrats en chef ont envoyé leurs policiers pour libérer Paul et Silas.
Chung pourrait dire : « Vous voyez, Dieu a utilisé leur persécution et leur soumission pour les tourner en bien. » Oui, Il l’a fait. Remarquez ce que Paul fait ensuite :

« Et le geôlier annonça la chose à Paul : Les préteurs ont envoyé dire qu’on vous relâchât; maintenant donc sortez, et allez en paix. Mais Paul dit aux licteurs : Après nous avoir battus de verges publiquement et sans jugement, nous qui sommes Romains, ils nous ont jetés en prison, et maintenant ils nous font sortir secrètement ! Il n’en sera pas ainsi. Qu’ils viennent eux-mêmes nous mettre en liberté. Les licteurs rapportèrent ces paroles aux préteurs, qui furent effrayés en apprenant qu’ils étaient Romains. Ils vinrent les apaiser, et ils les mirent en liberté, en les priant de quitter la ville. Quand ils furent sortis de la prison, ils entrèrent chez Lydie, et, après avoir vu et exhorté les frères, ils partirent » (16:36-40.)

Paul a-t-il terni son témoignage chrétien par une telle demande ? Pas du tout. Il exerçait ses droits en tant que citoyen romain. Est-ce que certaines personnes s’opposeront à lui ? Certainement. Elles se sont opposées à Jésus quand Il a guéri et nourri les gens. Le livre des Actes montre différentes réactions au message de Pierre et Paul. La Parole de Dieu provoque la division, et les chrétiens vont être attaqués quoi qu’ils fassent. Considérez ce qui suit de Paul :

« Cependant, tout ce que peut oser quelqu’un, – je parle en insensé, -moi aussi, je l’ose ! Sont-ils Hébreux ? Moi aussi. Sont-ils Israélites ? Moi aussi. Sont-ils de la postérité d’Abraham ? Moi aussi. Sont-ils ministres de Christ ? – Je parle en homme qui extravague. – Je le suis plus encore : par les travaux, bien plus ; par les coups, bien plus ; par les emprisonnements, bien plus. Souvent en danger de mort, cinq fois j’ai reçu des Juifs quarante coups moins un, trois fois j’ai été battu de verges, une fois j’ai été lapidé, trois fois j’ai fait naufrage, j’ai passé un jour et une nuit dans l’abîme. Fréquemment en voyage, j’ai été en péril sur les fleuves, en péril de la part des brigands, en péril de la part de ceux de ma nation, en péril de la part des païens, en péril dans les villes, en péril dans les déserts, en péril sur la mer, en péril parmi les faux frères. J’ai été dans le travail et dans la peine, exposé à de nombreuses veilles, à la faim et à la soif, à des jeûnes multipliés, au froid et à la nudité. Et, sans parler d’autres choses, je suis assiégé chaque jour par les soucis que me donnent toutes les Églises. Qui est faible, que je ne sois faible? Qui vient à tomber, que je ne brûle ? » (2 Corinthiens 11:21-29.)

Jean-Baptiste de Champaigne, Saint Paul lapidé dans la ville de Lystre

Paul exposait simplement la Parole de Dieu, et pourtant il a été attaqué. Avant d’écrire sur la soumission « à toute autorité établie parmi les hommes », Pierre a écrit :

« Ayez au milieu des païens une bonne conduite, afin que, là même où ils vous calomnient comme si vous étiez des malfaiteurs, ils remarquent vos bonnes oeuvres, et glorifient Dieu, au jour où il les visitera » (1 Pierre 2:12.)

Même s’ils pratiquent des œuvres et actions bonnes et droites (constitutionnelles), les chrétiens vont être attaqués comme Jésus, Pierre et Paul ont été attaqués. La soumission aux autorités ne signifie pas le silence, l’inaction, ni « capituler devant les incroyants à tous les niveaux. »

Source : https://americanvision.org/23823/is-it-ok-for-christians-to-push-back-against-authoritarian-governments-and-other-wickedness/. Article original publié le 13 juillet 2020.

Autres articles recommandés :

1 réflexion au sujet de “Est-il acceptable que les chrétiens s’opposent aux gouvernements autoritaires et à d’autres formes d’iniquité ?”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.