apostasie, Articles, Christianisme, Eschatologie, Société, Théologie

Covid-19 : Regards sur l’actualité du mois de mars 2020 – par Jean-Marc Berthoud

Par Jean-Marc Berthoud

20 mars 2020

Alexandre Soljenitsyne, dans ses dernières années, était – en dépit de sa foi ferme en l’entière bonté et la puissance irrésistible du Dieu souverain qui conduit toutes choses vers le bien de ses desseins parfaits – fut travaillé par des prémonitions très inquiètes quant au sort de la civilisation occidentale, y voyant de si nombreux signes portant une telle ressemblance avec ce que lui avaient révélé ses recherches vastes et profondes sur les sources de la Révolution bolchévique.
Quelle que puisse être la source de la pandémie du coronavirus – celle des chauves-souris comme d’abord avancée ou aujourd’hui les hypothèses indiquant sa fabrication dans divers laboratoires d’armes biochimiques, chinois ou autres – méritent toutes notre considération, la peste damnée est cependant maintenant bel et bien lâchée sur le monde.
Une chose est certaine : le modèle de traitement sociologique et totalitaire chinois de cette épidémie meurtrière galopante domine la scène partout. Cela signifie que l’Occident tout entier est en danger imminent de tomber dans le piège totalitaire qui lui est proposé. De notre socialisme démocratique consensuel actuel, avec une rapidité étonnante, nous glissons, doucement vers les pratiques d’un communisme des plus contraignant. Car ce n’est pas sans courir des risques extrêmes qu’une société – et avec elle toute sa civilisation – rejette la souveraineté prééminente transcendante d’un Dieu tout-puissant et bienveillant et ses lois, justes, saintes et bonnes.
D’un autre côté, l’élite ploutocratique corporative qui domine la politique des démocraties occidentales n’est aucunement prête à abandonner sa domination si lucrative de nos sociétés. Des informations nous indiquent que ces milieux poursuivent une politique de domination complète du monde occidental par un programme de vaccination universelle qui se nomme « Agenda ID2020 ». Voyez le lien ci-dessous : Le sport de la spéculation, The Chicago Economist, le 17 mars 2020 auteur V F
:

59 millions d’Américains contractèrent la grippe porcine en 2009/2010, 265 000 furent hospitalisés et 12 000 moururent au cours de l’épidémie. Cependant, les échos publics furent si mitigés que je n’ai même pas le souvenir de son arrivée dans notre pays. Aujourd’hui, nous avons le Covid-19 et en deux mois il a infecté 4 600 Américains dont 85 ont succombé du virus.

https://www.thechicagoeconomist.com/episodes/the-sport-of-speculation

Les mesures contraignantes – nécessaires ou exagérées – qui ont été prises partout, sans débat public, en Occident (sauf pour un bref moment dans le Royaume-Uni) sont un témoignage terrible de l’étendue et de la profondeur de notre capacité de nous soumettre au lavage de cerveau de masse. Il n’y a quasiment aucune résistance morale ni intellectuelle. Toute personne qui résiste sera accusée (d’abord par sa conscience) du péché impardonnable de promouvoir un homicide collectif.
Quels sont les services qui aujourd’hui demeurent ouverts en Suisse après la déclaration d’un « état d’urgence » par le Conseil fédéral le lundi 16 mars 2020 dès minuit ? Les banques, les magasins d’alimentation (épiceries, supermarchés, etc.) et les pharmacies ont été fermés.
Une des choses les plus troublantes dans cette situation est la disproportion entre le nombre assez modeste des décès (comparés avec ceux d’autres maladies) et les moyens absolument sans limites des contraintes sociales mises en œuvre pour combattre l’épidémie.
Toute la diversité de nos institutions sociales – et, pire encore, nos mœurs elles-mêmes – doit être subordonnée à l’impératif unique : la survie de la société collective. La fin justifiant les moyens devient la règle générale de toute l’action politique. Dans toute mon étude de l’histoire, je n’ai jamais eu connaissance, ni entendu parler, d’une révolution d’une pareille ampleur et d’une pareille efficacité.
Se rapportant à ceci se trouve l’unanimité totale des médias. Ils parlent tous d’une seule voix, la voix de leur maître unique. Le témoignage identique donné par divers témoins dans un tribunal est le signe certain de collusion ! Et ce ne serait pas pareil lorsque tous les médias aboient d’une seule voix ?
Par ailleurs, nous sommes confrontés à une crise financière croissante et à l’autodestruction d’une économie imaginaire (virtuelle) basée uniquement sur le fiat financier des banques. Ce système semble bien être en voie d’écroulement. Le système des banques centrales semble bien annoncer la faillite d’un système spéculatif d’endettement national et personnel d’une ampleur inimaginable.
Le système financier tout entier s’écroule comme un château de cartes. Mais il y a pire ! Les mesures drastiques utilisées pour combattre l’épidémie du coronavirus auront pour effet de briser de fond en comble l’économie réelle, la soumettant ainsi tout entière à la puissance financière.
L’écroulement provoqué par la Russie du prix du baril de pétrole détruira sans doute le système d’extraction (très coûteux) par fracturation hydraulique si courant aux États-Unis. En revanche, le prix très bas du baril favorisera la reconstruction rapide d’économies productives de biens véritables, ceci particulièrement en Chine et en Russie elles-mêmes, pays qui connaîtront alors une grande diversification économique.
En effet, toutes nos institutions politiques et sociales actuelles sont placées sous une telle pression qu’elles courent le risque de ne pas survivre au désastre dans leur forme actuelle.
Un autre aspect très instructif est l’apparente unanimité des dirigeants de nos nations. Cela nous fait penser à ce que l’on lit en Apocalypse 20 :

Quand les mille ans seront accomplis, Satan sera relâché de sa prison, et il sortira pour séduire les nations qui sont aux quatre coins de la terre, Gog et Magog, afin de les rassembler pour la guerre. Leur nombre est comme le sable de la mer. Ils montèrent à la surface de la terre et ils investirent le camp des saints et la ville bien-aimée. Mais un feu descendit du ciel et les dévora. Le diable qui les séduisait fut jeté dans l’étang de feu et de soufre, où sont la bête et le faux prophète. Et ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles.

(Apocalypse 20:7-10.)

Une telle unanimité ne peut être que le signe d’un consentement consensuel commun.

Deux (hommes) marchent-ils ensemble, sans en avoir convenu ?
Le lion rugit-il dans la forêt sans avoir une proie ?
Le lionceau pousse-t-il des cris du fond de sa tanière sans avoir fait une capture ?
L’oiseau tombe-t-il dans le filet qui est à terre sans qu’il y ait un piège ?
Sonne-t-on du cor dans une ville sans que le peuple soit en émoi ?
Arrive-t-il un malheur dans une ville
sans que l’Éternel en soit l’auteur ?
Ainsi, le Seigneur l’Éternel ne fait rien
sans avoir révélé son secret
À ses serviteurs les prophètes.

(Amos 3:3-8.)

Dans une autre perspective, celle de la Providence divine, on pourrait tirer bien des leçons. Il est manifeste que Dieu est en train de secouer tout ce château de cartes autonome et humaniste. D’un léger coup il démolit tout ce système utopique bâti sur les sables mouvants du système qui, par monnaie fiduciaire, fabrique un crédit purement virtuel.

Prenez garde ! ne repoussez pas celui qui vous parle. Car si ceux qui repoussèrent celui qui sur la terre les avertissait, n’ont pas échappé au châtiment, à bien plus forte raison ne pourrons-nous y échapper nous-mêmes, si nous nous détournons de celui qui, des cieux, nous avertit. Sa voix ébranla alors la terre, et maintenant il nous fait cette promesse : Une fois encore, je ferai trembler non seulement la terre, mais aussi le ciel. Ces mots : Une fois encore montre que les éléments ébranlés seront mis à l’écart en tant que créés, afin que subsiste ce qui n’est pas ébranlé. C’est pourquoi, puisque nous recevons un royaume inébranlable, ayons de la reconnaissance, en rendant à Dieu un culte qui lui soit agréable, avec piété et avec crainte. Car notre Dieu est aussi un feu dévorant.

(Hébreux 12:25-29.)

Dieu avait été entièrement oublié par nos contemporains. Mais il ne se laissera pas être ignoré ! D’un seul coup, d’un trait de sa plume divine il secoue et démolit nos accomplissements humanistes si glorieux, ceux par lesquels nous nous permettons de défier sa sagesse et sa puissance immense ! Par ces désastres, par cet ébranlement universel, tant du ciel que de la terre, Dieu, au temps qu’il lui plaira, amènera de grandes bénédictions – en particulier leur sanctification – à ceux qui entendent Sa voix au travers de ces événements prodigieux. Et pour ceux qui – dans leur révolte obstinée contre Lui – ne veulent pas l’entendre et, encore moins, Lui obéir, Il leur accordera une destruction sans fin.

Nous expérimentons la conséquence de ce rejet par nous de la Providence de Dieu, cela en faveur de lois scientifiques parvenues à une autonomie par rapport au bon ordre de la Création et de leur application par une technologie dont les effets mécaniques n’ont pas la moindre référence à la puissance sustentatrice de Dieu qui, par sa grâce, maintient l’ordre de la nature et de la société. Il vient un temps où le comble de l’iniquité atteint une telle profondeur que la patience divine s’en trouve enfin épuisée. C’est alors qu’il retire la protection de sa main sustentatrice si bienveillante, tant envers la nature qu’envers les hommes. C’est alors que par ses jugements leur Créateur en vient à les abandonner à des forces terriblement dommageables, tant au bon ordre de la création qu’aux bienfaits d’une existence humaine menée paisiblement au sein d’une société bien ordonnée.
C’est ainsi, pour ne prendre qu’un exemple, que la puissance maléfique d’une technologie ne connaissant aucune restriction ainsi que l’exploitation sans mesure de la nature par la puissance humaine manifestent des effets terriblement destructeurs. Cela, tant sur le bon ordre de la nature que sur la vie sociale des hommes qui, tous deux, avaient jusqu’alors été maintenus dans une relation largement bienfaisante tant aux hommes qu’aux structures sociales de l’humanité.
Cela se voit, par ailleurs, dans la libération de puissances destructrices immenses au moyen de l’éclatement du cœur nucléaire de l’atome ou encore, dans la manipulation biogénétique des structures, normalement stables, des organismes vivants par l’expérimentation génétique.
Lorsque le mal atteint une telle hauteur, Dieu en vient à retirer la puissance bienveillante de sa main protectrice, force qui tient en bride les éléments de corruption qui se trouvent au sein de l’ordre même de sa création déchue. Paul envisageait de telles questions lorsqu’il s’adressa aux païens de la ville de Lystre qui voulait faire de lui un dieu pour avoir guéri un paralytique.

Pourquoi faites-vous cela ? Nous sommes, nous aussi, des hommes de même nature que vous et nous vous annonçons comme une bonne nouvelle, qu’il vous faut vous détourner de ces vanités et vous convertir au Dieu vivant qui a fait le ciel et la terre, la mer, et tout ce qui s’y trouve. Dans les générations passées, il a laissé toutes les nations suivre leurs propres voies, quoiqu’il n’ait cessé de rendre témoignage de ce qu’il est par ses bienfaits, en vous donnant du ciel les pluies et les saisons fertiles, en vous comblant de nourriture et de bonheur dans le cœur.
(Actes 14:15-17.)

À un niveau plus personnel, la crise du Coronavirus détruit la plupart des idoles culturelles de notre société, qui deviennent soudainement verboten, interdite. Même les lupanars doivent se tenir clos et non seulement les églises, les mariages, les funérailles, les célébrations religieuses de toutes sortes, les concerts, les théâtres, les festivals musicaux de masse, les écoles et les universités, les matchs de football et tutti quanti. Toute espèce de divertissement (pour parler le langage de Pascal) est abattu par un simple coup de plume divin ! Que cette privation culturelle (en fait religieuse) qui frappe toutes les couches sociales puisse conduire nos contemporains à la repentance et à un retour à Dieu. C’est là notre prière fervente !
Par ailleurs, la foi chrétienne elle-même a maintenant – peut-être pour la première fois de l’histoire – perdu la liberté de célébrer la fête de Pâques d’une façon pleinement publique ! Quel sujet de repentir pour l’Église de Jésus-Christ tout entière !
Nous autres chrétiens occidentaux devrons peut-être bientôt rejoindre l’Église non enregistrée, cachée, celle des catacombes !
Un dernier mot.
Cette peste a son origine ultime dans la colère juste et droite de notre Dieu saint et pleinement souverain, Père, Fils et Saint-Esprit, colère divine pleinement justifiée par l’iniquité, non seulement de notre nation, la Suisse, mais de toutes les nations jadis chrétiennes et, en réalité de notre civilisation toute entière qui, au cours des derniers siècles, a rejeté de manière croissante l’autorité du Dieu saint, tout-puissant et souverain de la Bible, enfreignant de toutes les manières possibles, le détail même des enseignements de la Loi divine.
La lutte contre cette pestilence demande au très nombreux personnel soignant un travail sacrificiel et altruiste ; la conduite sage et efficace des affaires de la Confédération par nos autorités, cela à tous les niveaux de l’État ainsi que l’obéissance d’une population qui, de manière volontaire, accepte cette discipline rigoureuse qu’exige d’elle la situation présente et qui renonce ainsi en toute liberté à ses désirs immédiats.
Mais une chose est absolument certaine. Tant cette pestilence que la menace d’un désastre financier sans précédent qui l’accompagne, ne seront pas éloignées de nous sans que ne soit apaisée la colère de Dieu face aux innombrables impiétés et iniquités qui sont les nôtres. Pour cela il faut notre repentance sincère et profonde, celle de nos familles, de nos Églises, et de notre nation, face à nos infractions si nombreuses de sa sainte Loi, voies mauvaises d’une génération, la nôtre, qui offensent si profondément notre Dieu et qui suscitent en Lui une colère légitime, juste, sainte et irrésistible.

Jean-Marc Berthoud
Lausanne
À la mi-mars, l’an de grâce 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.