Articles, Christianisme, Destitution de Donald Trump, Donald Trump, Etats-Unis, Politique, Religion

J’attends que le Christianity Today évalue les démocrates selon les dix commandements. Par Gary DeMar

Par Gary DeMar

1er janvier 2020

Mark Galli, rédacteur en chef du Christianity Today, a écrit ce qui suit au sujet du président Trump dans un article qui a pris d’assaut l’Internet et a reçu des centaines de réponses d’écrivains évangéliques, dont moi-même :

Que [Trump] doive être démis de ses fonctions n’est pas, nous le croyons, une question de loyauté partisane, mais de loyauté envers le Créateur qui a donné les Dix Commandements.

Selon Galli, il y a un Dieu et les Dix Commandements sont un résumé de Sa norme morale. Pourquoi Galli n’applique-t-il les Dix Commandements qu’au président Trump alors qu’il y a un parti politique qui les viole constamment depuis des décennies ? En fait, la vision morale laïque du monde qui inspire le Parti démocrate ne voit aucune utilité aux Dix Commandements ni au Dieu de la Bible.

Les juges ont ordonné que les monuments affichant les Dix Commandements soient retirés des domaines appartenant au gouvernement. Par exemple :

La Cour suprême de l’Oklahoma a statué qu’un monument affichant les Dix Commandements doit être retiré du Capitole, qui appartient à l’État, à Oklahoma City.

Je ne sais pas quelle était la position du Christianity Today sur ce sujet ni comment il a réagi au fait que le président Obama a transformé la Maison-Blanche en un drapeau aux couleurs de l’arc-en-ciel célébrant l’homosexualité, ce qui constitue une violation flagrante du Septième Commandement. Je suis presque certain que le Christianity Today n’a pas demandé la destitution du président Obama.

J’ai trouvé ce qui suit venant de la plume d’Ed Stetzer, un rédacteur en chef du Christianity Today :

En ce deuxième anniversaire [du 11 septembre], nous devons réfléchir à la réponse que nous devons apporter. L’unité initiale n’est plus. Les démocrates et les républicains ne chantent pas « Dieu bénisse l’Amérique » sur les marches du Capitole. Au lieu de cela, nous sommes passés aux monuments affichant les Dix Commandements et aux campagnes politiques.

Il dit que la nation « a besoin de Jésus ». Je suis d’accord, mais nous avons aussi besoin de la loi de Dieu, puisque la loi nous dit pourquoi nous avons besoin de Jésus.

Pourquoi le Christianity Today n’a-t-il pas critiqué les démocrates si les Dix Commandements sont la norme ? Ceci constitue un casse-tête irritant qui exige une réponse. Trump n’est en aucun cas un homme parfait, mais prétendre qu’il est en quelque sorte différent des autres politiciens est exaspérant.

John F. Kennedy avait ses conquêtes sexuelles. Ted Kennedy a laissé une femme se noyer sur la banquette arrière de sa voiture pendant qu’il rencontrait ses conseillers politiques pour discuter de la façon de gérer l’incident. Bill Clinton a été accusé de nombreuses indiscrétions sexuelles. Ce ne sont là que quelques-unes des choses que nous savons. Les médias ont été complices de l’éviction des péchés des démocrates de la une des journaux.

Je suis pour l’égalité quand il s’agit de souligner les péchés des politiciens. Pour chaque péché de Trump, les médias devraient exposer un péché d’un démocrate. Mais la question demeure : selon quel critère ? – puisque les démocrates n’ont plus de normes.

Il serait utile que le Christianity Today évalue les démocrates selon la norme représentée par les Dix Commandements :

1. Le Premier Commandement dit qu’il n’y a qu’un seul Dieu, et que Lui seul peut nous sauver. Les démocrates croient que l’Etat est Dieu et qu’ils sont ses ministres et qu’eux seuls peuvent nous sauver.

2. Le Deuxième Commandement interdit l’idolâtrie. L’État est devenu une idole et est adoré comme un dieu lorsque la Bible déclare que le gouvernement civil est limité, décentralisé et sert de « ministre [serviteur] de Dieu pour ton bien » (Rom. 13:4). La norme du bien n’est pas ce que les politiciens ou les juges disent qu’elle est. L’État continue de se développer et d’adopter de plus en plus de lois, et de plus en plus de gens considèrent l’État comme leur sauveur.

3. Le Troisième Commandement interdit de prendre le nom de Dieu en vain. Les politiciens font appel à Dieu tout le temps et pourtant violent Ses commandements dans le même souffle. Le président Obama a fait référence à Dieu – en chantant même « Amazing Grace » – dans son éloge funèbre pour le révérend Pinckney et, peu après, il a célébré la décision de la Cour suprême faisant du mariage homosexuel la loi du pays. C’est prendre le nom de Dieu en vain.

4. Le Quatrième Commandement met un jour par semaine à part pour le repos. Ce jour est le dimanche. Pas le vendredi ou le samedi. Ce qui est intéressant dans ce commandement, c’est qu’il est inscrit dans la Constitution à l’article I, section 7, clause 2. un document qui, selon les démocrates, est neutre sur le plan religieux.

5. Le Cinquième Commandement définit la famille. Comme nous l’avons vu, les tribunaux ont redéfini la famille, et en redéfinissant la famille, ils peuvent maintenant réécrire toute la loi en fonction de cette nouvelle définition.

6. Le Sixième Commandement a été supprimé il y a des décennies par l’approbation de la guerre perpétuelle et la légalisation de l’avortement.

7. Le Septième Commandement, dans son interdiction de l’adultère, est un énoncé sommaire sur toutes les relations conjugales. La loi interdisant l’adultère repose sur le mandat créationnel du mariage défini comme étant entre un homme et une femme (Gn. 1:27-28 ; 2:20-25). La complémentarité homme / femme est ce qui est « convenable », et non pas deux hommes ou deux femmes. Jésus a confirmé le mandat créationnel qui définit le mariage comme étant entre un homme et une femme (Matt. 19:1-6).

8. Le Huitième Commandement interdit le vol. Le système d’imposition scandaleux de notre pays est fondé sur le vol lorsque des gens obtiennent le droit de vote pour prendre de l’argent à certaines personnes afin de le donner à d’autres personnes.

9. Le Neuvième Commandement interdit de porter un faux témoignage. Les politiciens portent un faux témoignage dans presque chaque mot qu’ils prononcent. Considérons la déclaration suivante du candidat à la présidence, Barack Obama, qu’il a faite le 17 avril 2008, alors qu’il était en campagne présidentielle : « Je crois que le mariage est l’union entre un homme et une femme. Maintenant, pour moi en tant que chrétien, c’est aussi une union sacrée que Dieu sanctionne dans ce mélange. » Hillary Clinton a dit quelque chose de semblable.

10. Le Dixième Commandement met en accusation l’État moderne et ceux qui le soutiennent parce qu’il convoite tout : le pouvoir, la propriété, l’autorité, l’argent, le prestige, les privilèges et nos âmes. La convoitise conduit à l’envie.

Il serait très utile que les gens travaillant pour le Christianity Today soient les juges de l’égalité des chances pour les républicains et les démocrates.

Source : https://americanvision.org/21773/im-waiting-for-christianity-today-to-evaluate-the-democrats-by-the-ten-commandments/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.