Articles, Christianisme, Le christianisme dans le monde, Livres, Religion, Théologie, théologie biblique

L’Histoire Alliancielle de l’Église dans le monde – Tome 3 : La Genève réformée : de l’Orthodoxie biblique de Jean Calvin à l’apostasie rationaliste et déiste de Jean-Alphonse Turrettini – Par Jean-Marc Berthoud

L’Histoire Alliancielle de l’Église dans le monde – Tome 3 : La Genève réformée : de l’Orthodoxie biblique de Jean Calvin à l’apostasie rationaliste et déiste de Jean-Alphonse Turrettini  – Par Jean-Marc Berthoud


Ce troisième tome de l’Histoire alliancielle de l’Église dans le monde conduit le récit de Jean-Marc Berthoud de l’époque glorieuse de Jean Calvin au déclin de la Réforme dû aux séductions des Lumières sans Dieu. Après Calvin, la période française mène l’auteur à présenter les figures attachantes de Théodore de Bèze, puis de Bénédict Pictet, ici le seul Genevois de souche. Le XVIIe siècle fut marqué par des figures italiennes, Jean Diodati et la famille des Turrettini, Bénédict, son fils le grand François et le petit-fils, Jean-Alphonse, qui œuvra à défaire ce bel héritage. Les figures de Claude Brousson et d’Antoine Court témoignent de la diffusion de ce renouveau spirituel dans la France voisine, sous les feux de la persécution. Le livre se termine avec deux figures plus sombres : Pierre de La Ramée qui, par sa méthode binaire, sema les poisons d’une raison sans Dieu dans l’héritage de la Réforme, puis Comenius, héraut des utopies d’une modernité révolutionnaire meurtrière.

Paru le 17 juin 2019. Édité par Pierre Benoît. 722 pages.
Prix : 37,02 € HT.
Le livre peut être commandé ici.

Description du livre

Préface

du pasteur Éric Kayayan

Avec ce troisième volume de son Histoire alliancielle de l’Église dans le Monde, Jean-Marc Berthoud nous fait survoler avec brio un panorama aussi vaste que passionnant qui s’étend de la période de la Réforme à la fin du XVIIIe siècle, tout en restant fidèle à l’esprit et la vision historique de Merle d’Aubigné, pour lequel il ne cache pas son admiration.

Comme pour les volumes précédents, il signale au lecteur dans chaque chapitre une très abondante littérature, lui permettant ainsi de s’orienter vers des lectures complémentaires sur tel ou tel sujet abordé. Il serait vain de vouloir résumer ici chaque sujet traité, chaque développement amené pour concourir à la vision d’ensemble dans son propos central, lequel consiste à mesurer le degré de fidélité ou d’infidélité manifesté par les acteurs de cette histoire vis-à-vis de l’Alliance divine révélée sur les pages de l’Écriture et incarnée dans la personne du Fils devenu homme. Je n’en mentionnerai que quelques étapes qui me semblent en être les principales articulations, les charnières.

Reprenant intégralement son éloquent ouvrage Calvin et la France, Genève et le déploiement de la Réforme en France au XVIe siècle (paru à l’Âge d’Homme en 1999), qu’on découvrira ou redécouvrira ici avec bonheur, l’auteur y ajoute en annexe une recension donnée par Jacques Perrin à laquelle on ne saurait ajouter quoi que ce soit.

Suivent de fort belles pages sur Théodore de Bèze, théologien bien méconnu ou caricaturé, dont la Confession de Foi du Chrétien demeure cependant un magistral exposé de la foi chrétienne. Avec sa connaissance si particulière de la littérature chrétienne francophone et du style de l’être opposé à celui du paraître, Jean-Marc Berthoud sait, entre autres, mettre en valeur l’apport unique du successeur de Calvin à Genève dans sa versification française des psaumes, lui qui, par une véritable métanoia, passa justement du style du paraître à celui de l’être alors qu’il ambitionnait dans sa jeunesse la gloire mondaine des littérateurs de son temps, ayant un temps été associé aux premières manifestations des poètes de La Pléiade.

Ce renversement rejoint le combat de Théodore de Bèze contre l’approche logico-rationaliste de Pierre de la Ramée, lui-même théoricien du mouvement de La Pléiade et grand adversaire de la pensée aristotélicienne, que défendait justement de Bèze. Voilà du reste une conjonction fort intéressante : le réalisme bézien au service d’une poétique du mot intrinsèquement lié à sa signification par le biais des universaux témoigne chez lui d’une harmonie indissociable entre métaphysique et poétique. Chez Pierre de la Ramée (lequel passa à la Réforme et périt lors des journées de la Saint Barthélemy parisienne, peut-être victime de jalousies professionnelles), une logique dialectique appliquée à la rhétorique, logique commune au reste des sciences et des arts dont elle serait en quelque sorte la matrice aux propriétés réductrices, conduit son promoteur vers une poétique de l’abstraction du mot, par le biais d’allégories et de l’hyper-spiritualisation : démarche néo-platonicienne par excellence. Dans un cas comme dans l’autre, les prémisses philosophiques se retrouvent de manière consistante dans l’approche littéraire adoptée, preuve évidente non seulement de la portée constante des présuppositions adoptées, mais aussi de la rigueur intellectuelle qui animait les grandes figures intellectuelles au seizième siècle.

C’est le mérite de Jean-Marc Berthoud que de mettre en évidence le fossé, voire l’abîme séparant ces deux approches pour la pensée européenne postérieure, tout en retraçant leur généalogie respective : Pierre de la Ramée opérant la jonction entre le courant nominaliste d’une part, Descartes, Bacon et Galilée de l’autre. Notre auteur reprend du reste en détail au chapitre X de son ouvrage aussi bien ladite généalogie que la descendance ramiste, en en soulignant les effets mortifères sur la pensée et la théologie chrétiennes : elles allaient sous peu se métamorphoser en un simple déisme d’où l’Incarnation du Fils – et avec elle notre Rédemption – serait purement éliminée. Au véritable Emmanuel (Dieu avec nous) se substituerait bientôt saint Emmanuel, tant révéré par la sécularosphère protestante contemporaine. Entendez, bien sûr : « saint » Emmanuel Kant…

Parallèlement à cette déconstruction progressive de la foi en le Dieu trinitaire et en l’Incarnation – les deux piliers de la foi chrétienne, qui se trouvent au cœur des confessions de foi universelles de l’Église – le piétisme wesleyen de tendance arminienne favorisera l’éclosion des mouvements pentecôtistes et l’illusion d’une seconde expérience régénératrice dans la vie du chrétien, amenant les heureux bénéficiaires de cette expérience à un état de sanctification achevé (chapitre VIII). On le constate, l’invasion d’une mystique post-doctrinale cherchait à apporter un contrepoids au rationalisme post-ramiste. Cependant, faute de retourner à la source vivifiante de la doctrine de la grâce telle que l’avaient réintroduite les Réformateurs, ce contrepoids ne fera qu’opérer un mouvement de balancier tout aussi néfaste que celui qu’il cherchait à compenser : on trouve au cœur de l’un comme de l’autre l’homme comme centre de toutes choses, que ce soit par sa raison autonome ou à travers sa propre expérience auto-rédemptrice.

C’est entre ces deux écueils et au crépuscule de l’orthodoxie réformée au sein de la période couverte par ce troisième volume de l’Histoire alliancielle de l’Église que se situe la figure de Bénédict Pictet (chapitre IV). Héritier de la grande tradition calviniste genevoise (François Turrettini en particulier) et pasteur soucieux de conduire le troupeau qui lui est confié vers le Christ des Écritures, Pictet ne se départira jamais de son caractère irénique, ni ne s’épargnera aucun effort pour maintenir ses brebis sur le sentier étroit mais sûr menant au Christ.

C’est pourtant au sein de cette même Genève héritière de tant de grandes figures fidèles à la Parole que l’esprit des « lumières » étouffera progressivement celui de la Lumière du monde, par le biais de l’adoption d’un syncrétisme croissant avec la pensée cartésienne et sa méthode logico-mathématique appliquée à la théologie. La religion naturelle, celle célébrée dans l’Ancien Testament par les Israélites apostats au pied des poteaux d’Achéra ou sous tout arbre verdoyant, refait ici figure, énième avatar de la tentation originelle soumettant le cœur de l’homme à son désir de devenir « comme des dieux » en tuant le Père afin de prendre sa place.

Pourrais-je mieux faire en guise de conclusion à cette modeste préface, que de citer les dernières phrases du Traité sur la Liberté Chrétienne de Martin Luther (1520), lequel remet en perspective avec simplicité et lucidité la condition de la nature et de la raison humaines dans leur rapport à la justice divine ? Elles illustrent parfaitement, à mon sens, tout le propos de Jean-Marc Berthoud dans ce riche et stimulant volume :

D’elles-mêmes, la nature et la raison humaines sont superstitieuses et promptes à penser que toutes les lois et toutes les œuvres qu’on propose permettront de parvenir à la justice. Il faut prier afin que ce soit le Seigneur qui nous entraîne, que ce soit sa Parole qui nous instruise, que nous soyons obéissants à Dieu et que, selon sa promesse, il inscrive lui-même sa loi dans nos cœurs, faute de quoi c’en est fait de nous. S’il n’enseigne pas dans nos cœurs cette sagesse mystérieuse et cachée, notre raison naturelle ne peut que la condamner et la tenir pour un faux enseignement, car elle en est choquée et elle n’y aperçoit que de la folie. Dieu veuille prendre pitié de nous et faire resplendir sa face sur nous, afin que nous connaissions sa voie sur la terre et son salut parmi toutes les nations. Qu’il soit béni aux siècles des siècles. Amen.


Table des matières

Avant-Propos

Préface – Éric Kayayan

Chapitre I

 Humanité de Jean Calvin
    Introduction
    1. Les Humanités de Jean Calvin
        (a) Jean Calvin et la beauté
        (b) Jean Calvin et la politique
        (c) Jean Calvin et la philosophie
    2. L’humanité de Jean Calvin à la lumière de la délation, de la calomnie et

        de la persécution
        (a) Calvin calomnié parmi les Protestants
        (b) L’entreprise de calomnie romaine de Jean Calvin
    Conclusion
    Quatre Sonnets

Chapitre II

  Calvin, Genève et le déploiement de la Réforme en France au XVIe siècle
    Introduction


Première Partie
    1. Un bref aperçu de la vie de Jean Calvin
    2. L’arrière-plan politique, culturel et religieux du ministère de Calvin
        (a) La paganisation de la politique
        (b) La paganisation de la culture
        (c) La paganisation du Christianisme
    3. Les origines de la Réforme française
    4. Calvin à Genève


Deuxième Partie

    1. Calvin et la vigne de Dieu en France

    2. Genève forme et délègue des pasteurs aux Église de France

    3. La formation des pasteurs et la prédication de Calvin

    4. La souveraineté de Dieu et la prédication de l’Évangile

    Conclusion

    Annexe

    Jacques Perrin. Sous forme de Postface Calvin et la France : une recension

Chapitre III

Théodore de Bèze, pasteur et défenseur de la Foi (1519-1605)
    Introduction
    1. La vie de Théodore de Bèze
    2. L’œuvre de Théodore de Bèze
3. Théodore de Bèze à Genève (1558-1605)
    4. La prédication de Théodore de Bèze
    5. Théodore de Bèze pasteur et défenseur de la Foi
        (a) L’hérésie du rationalisme philosophique de Pierre de la Ramée
        (b) La nature précise d’une foi véritable
    Le premier élément de la foi : une simple connaissance
    Le deuxième élément de la foi : l’accord ou l’assentiment
    Le troisième élément de la foi : l’application particulière à soi-même des

    promesses de Christ
    Conclusion
    Théodore de Bèze : Pour qui sent l’approche de la mort

Chapitre IV

Bénédict Pictet (1655-1724). Le dernier héraut de l’Orthodoxie genevoise
    Introduction
1. L’héritage orthodoxe de Bénédict Pictet (1655-1724)
2. La vie de Bénédict Pictet (1655-1724) : fidélité à l’héritage de

        l’Orthodoxie réformée de ses pères
        (a) Brève évocation de la vie de Bénédict Pictet
        (b) L’œuvre de Bénédict Pictet
    3. La victoire des fausses Lumières d’une raison libérée de Dieu, de sa

        Parole ainsi que de l’ordre créationnel
    Conclusion. La fidélité au Christ de Bénédict Pictet

Chapitre V

  Claude Brousson et le secours chrétien à l’Église persécutée par Louis XIV

Chapitre VI

  Le Major Jean-Daniel. Abraham Davel : homme de Dieu et patriote rejeté par

  sa patrie
    Introduction
    1. La situation religieuse du Pays de Vaud à la fin du XVIIe siècle
    2. Jean-Daniel-Abraham Davel, témoin fidèle
    Conclusion
Annexes
    Manifeste du Major Davel
    Discours prononcé par Jean-Daniel-Abraham Davel quelques instants avant

    son exécution le 24 avril 1723, à Vidy

Chapitre VII

Antoine Court (1695-1760) et la formation des pasteurs du Désert
    Conclusion

Chapitre VIII

  Graduelle réduction de l’héritage de la Réforme le Dieu Transcendant de la

  Bible ramené à à l’humain
    Introduction
    1. La grâce infuse ou la grâce extrinsèque au croyant ?
    2. Les origines évangéliques du pentecôtisme
    Remarques préliminaires
        (a) L’arminianisme
        (b) Le piétisme
        (c) Le méthodisme
        (d) Le perfectionnisme américain, de Charles Finney à A. J. Gordon
    Conclusion
Annexe    
    L’erreur d’Amyraut. Une recension

Chapitre IX

  Les fondements bibliques de la morale et du droit ébranlés
    1. Faiblesse de l’Église de Dieu
    2. Comment en est-on arrivé là ?
    A. Erreurs philosophiques
        (a) Descartes et les Réformés
        (b) Cartésianisme et Catholicisme
    B. Erreurs morales
    Conclusion

Chapitre X

  Pierre de La Ramée (1515–572) contre la Foi réformée confessante.

  La Réforme, la scolastique réformée et l’héritage puritain

    Préambule : Auguste Lecerf

Première partie

  Pierre de La Ramée et son œuvre

    1. Brève biographie de Pierre de La Ramée (1515–1572) et l’offensive du

        rationalisme binaire contre la foi réformée confessante

    2. Nature et originalité de la pensée de Pierre de La Ramée : Platon contre

        Aristote

        (a) Platon

        (b) Aristote

    3. Les conséquences du Ramisme

    4. La méthode unique de Pierre de La Ramée

    5. Comment la méthode unique de Pierre de La Ramée fut reçue par la

        Réforme

       Introduction

       (a) Pierre de La Ramée devient Protestant : le Ramisme à Zurich et à Bâle

       (b) Le Ramisme à Genève

       (c) Le Ramisme à Berne et à Lausanne

(d) Pierre de La Ramée, Andrew Melville (1545-1622) et l’Écosse

       (e) Le Ramisme à Heidelberg ; les réponses de Zacharie Ursin

            (1534–1583) à La Ramée

       (f) La condamnation définitive du Ramisme par Théodore de Bèze

Deuxième Partie

  Le Ramisme dans le monde Anglo-Saxon et en Allemagne

    Introduction

1. La victoire du Ramisme en Angleterre : William Perkins (1558-1602) et

William Ames (1576-1633) puis en Allemagne : Johann Heinrich Alsted

(1588-1638)

        (a) William Perkins (1558–1602)

        (b) Le Ramisme, un outil éducatif

        (c) Le Ramisme et la prédication puritaine

        (d) Le Ramisme et l’interprétation biblique

    2. Les implications philosophiques du Ramisme : Ames et Alsted

    3. William Ames (1576–1633) et la diffusion de la méthode de Pierre de La

        Ramée dans le Puritanisme anglo-saxon

    4. Note sur le ramisme et le développement du droit Moderne

    5. L’essence du Puritanisme et le Calvinisme

    Conclusion

Chapitre XI

Jean Amos Comenius (1592-1670) et les sources de l’idéologie pédagogique

  et politique moderne
    Introduction
    1. Brève biographie de Comenius
        (a) Comenius passionné de prophéties et de révélations ésotériques
        (b) Comenius, précurseur des Lumières
    2. La vision pédagogique de Comenius
    3. Les fondements philosophiques de la pensée de Comenius
        Sa tendance à vouloir rechercher une rationalité totale
        Sa pensée univoque par rapport à Dieu et la création
    Conclusion

Annexes


Bibliographie
   I. Jean Calvin, son œuvre, sa pensée et son influence
   II. L’arrière-plan politique, culturel et religieux médiéval de la Réforme
   III. Théodore de Bèze
   IV. Héritage poétique de la Réforme française (et quelques poètes

        catholiques)
   V. Le véritable héritage réformé de l’Église anglicane
VI. Bénédict Pictet (1655-1724)
   VII. Claude Brousson : son œuvre, sa vie et son contexte religieux
   VIII. Jean Daniel Abraham Davel et son temps
   IX. Antoine Court et son temps
   X. Réduction, au cours des siècles, de l’héritage de la Réforme.
       Ébranlement du droit et de la morale
   XI. Pierre de La Ramée, sa vie et son temps
   XII. Jean Amos Comenius, Maître d’un monde nouveau

Index biblique
Index nominatif


A propos de l’auteur

Jean-Marc Berthoud
Jean-Marc Berthoud

Au printemps 1966, Berthoud se convertit au christianisme à la suite de la lecture du Traité sur les scandales de John Calvin, après s’être vivement intéressé au style français de Calvin. Il abandonne alors une carrière académique prometteuse. Pour subvenir aux besoins d’une famille nombreuse, il a travaillé comme jardinier, puis comme porteur de chemin de fer, et enfin comme employé de poste manuel à temps partiel jusqu’à sa retraite professionnelle en 2004.

Berthoud a publié plus de treize livres en français et en a écrit un en anglais, une biographie du réformateur français Pierre Viret. Actuellement, il travaille sur une explication détaillée du livre de l’Apocalypse sous forme de sermons. Parmi ses œuvres inédites figurent une étude en plusieurs volumes des Dix Commandements dans leur exposition à travers les Ecritures et un Commentaire sur Ezéchiel 1 à 24. Il met la dernière main à une série de conférences en quatre volumes sur l’histoire de l’Alliance de l’Église dans le monde, en traçant le thème de l’alliance de Dieu, en se concentrant particulièrement sur le peuple de Dieu et sa relation avec la vie des nations. Il a été pendant de nombreuses années rédacteur en chef des revues Résister et Construire et de Documentation Chrétienne. Il a présidé l’Association Vaudoise de Parents Chrétiens et l’Association Création, Bible et Science, a été directeur d’une collection de livres, Messages, pour les Éditions L’Age d’Homme, et a tenu une librairie chrétienne, La Proue, pendant plus de vingt ans.

Jean-Marc Berthoud vit à Lausanne, en Suisse, avec son épouse Rose-Marie. Ils ont cinq enfants et huit petits-enfants.