Articles, Théologie, théonomie

Qu’est-ce que le reconstructionnisme ? Qu’est-ce que la théonomie ? – Par R. C. Sproul Jr

Par R.C. Sproul Jr

12 mai 2010

Comme pour les termes « calvinisme » et « théologie réformée », les deux termes « reconstructionnisme » et « théonomie » sont souvent utilisés comme synonymes, mais pourraient être compris comme désignant respectivement un genre et une espèce. En d’autres termes, embrasser le calvinisme fait partie de ce que cela signifie d’être réformé, mais ne constitue pas la totalité de la foi réformée. De la même manière, certains suggèrent que la théonomie fait partie de l’ensemble plus large des convictions que l’on qualifie sous le vocable de reconstructionnisme. La théonomie pourrait être comprise comme la conviction de ce que la loi civile que Dieu a donnée à Israël dans l’Ancien Testament devrait être la loi du pays dans toutes les nations du monde. Le reconstructionnisme, s’il n’est pas considéré comme un simple synonyme, inclurait des convictions théonomiques, et ajouterait également une eschatologie optimiste, c’est-à-dire la conviction de ce que le royaume de Dieu grandit, et qu’avant le retour du Christ, il couvrira le monde comme les eaux couvrent le fond des mers. Il comprendrait également, dans l’ensemble, l’adoption d’une apologétique vantillienne [N.d.t. : c’est-à-dire selon le théologien Van Till] ou encore présuppositionnelle. Cette perspective suggère, suivant les sensibilités, soit que nous devons présupposer l’existence de Dieu pour prouver Son existence, soit que chercher à prouver l’existence de Dieu est impossible et impie, et que nous devrions seulement la présupposer au contraire. D’autres pourraient ajouter d’autres qualificatifs à la définition du reconstructionnisme (comme l’affirmation de la théologie de l’alliance), mais ces quatre caractéristiques : une théologie calviniste, une éthique théonomiste, une eschatologie optimiste et une apologétique présuppositionnelle, seraient les quatre principales.

Deux autres points importants et connexes doivent être précisés. Que l’on embrasse ou non la théonomie telle qu’elle est définie ci-dessus, nous devrions tous être des théonomistes, d’une certaine manière. Mes amis théonomistes veulent nous conduire à l’un de ces deux choix : « Autonomie ou théonomie ! » Et bien sûr, ils ont tout à fait raison. Nous aurons soit la loi de l’homme, soit la loi de Dieu, et seul un insensé choisirait l’homme plutôt que Dieu. La question alors bien comprise n’est pas de savoir si nous devons avoir la loi comme Dieu voudrait que nous l’ayons. La question est plutôt de savoir quelle loi Dieu voudrait que nous ayons. Dieu a-t-Il donné ou non la loi civile (c’est-à-dire la loi en ce qui concerne le gouvernement) à Israël comme paradigme exact de la loi idéale pour tout état ? La Confession de Westminster nous appelle à embrasser ce que les théologiens appellent « l’équité générale » de la loi. C’est-à-dire que, bien qu’il y ait des principes sous-jacents de la justice de Dieu à l’œuvre dans l’établissement des lois civiles de l’Ancien Testament, il peut y avoir des ajustements convenables et appropriés pour prendre en compte les circonstances différentes qui sont les nôtres. En voici un exemple courant. Dans l’Ancien Testament, les propriétaires israéliens étaient tenus d’avoir des clôtures sur leurs toits. Une telle loi n’aurait pas beaucoup de sens de nos jours puisque nous ne passons pas beaucoup de temps sur nos toits comme le faisaient nos pères. L’« équité générale » suggère que l’objectif ici est la sécurité des familles et de leurs invités. Ainsi, l’on pourrait soutenir que les propriétaires modernes devraient avoir des clôtures autour de leurs piscines. La façon dont on applique l’ « équité générale » de façon aussi flexible pourrait décrire à quel point quelqu’un pourrait s’identifier à la théonomie en tant qu’idéologie.
Deuxièmement, faites attention de ne pas écouter les critiques qui ont une faible compréhension de la théonomie ou du reconstructionnisme. Ceux de gauche, tant sur le plan théologique que politique, se réjouissent de présenter ces héritiers des Puritains comme des djihadistes évangéliques déterminés à imposer au reste du monde un régime fasciste calviniste. Rien n’est plus faux. Les théonomistes, comme nous autres, aspirent à voir la justice de Dieu dans le domaine politique. Ils aspirent à voir les nations devenir des disciples. Ils ont hâte de voir la manifestation du royaume. Ils aspirent à voir tous les genoux fléchir et toutes les langues confesser que Jésus-Christ est Seigneur. Qui, au sein du royaume de Dieu, pourrait contester cela ?

Source : https://www.ligonier.org/blog/what-reconstructionism-what-theonomy/



Robert Craig Sproul, mieux connu sous le nom de R.C. Sproul Jr. est un ministre et théologien chrétien calviniste américain. Il est le fils du célèbre théologien réformé et fondateur des ministères Ligonier, R.C. Sproul.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.