Articles, Christianisme, Eschatologie, Livres, Théologie

Postmillénarisme pour les ignorants de Kenneth Gentry aux Editions Maranatha

Kenneth Gentry, Postmillénarisme pour les ignorants

La série Pour les ignorants propose des études approfondies sur des sujets importants présentées dans un format succinct et accessible, et dans une perspective évangélique réformée.

Le chrétien biblique moyen d’aujourd’hui croit que nous vivons à l’ombre de retour du Christ. Par conséquent, il ne possède pas une vision à long terme de l’avenir, car il s’attend à ce qu’il soit arraché hors de ce monde à n’importe quel moment lors de l’Enlèvement.
Le postmillénarisme, en revanche, offre aux chrétiens une vision passionnante et pleine d’espérance de l’avenir, qui les encourage à planifier sur le long terme et à un travailler de manière assidue pour la gloire de Dieu. Les postmillénaristes croient que « l’Évangile est la puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit » (Romains 1:16) et que « la terre et ce qu’elle renferme » sont à l’Éternel (Psaumes 24:1).

Ainsi, les postmillénaristes sont attachés à la tâche de conquête du monde que le Seigneur Jésus-Christ a confiée à l’Église juste avant de monter à la droite du Père : « Faites de toutes les nations des disciples » (Matthieu 28:19). Et ils croient fermement à cette promesse de Christ : « Et moi, quand j’aurai été élevé de la terre, j’attirerai tous les hommes à moi » (Jean 12 : 33). Sur la base de ces passages bibliques avec beaucoup d’autres passages, le postmillénarisme propose une perspective optimiste de l’avenir, engageant les chrétiens à croire que « votre travail ne sera pas vain dans le Seigneur » (1 Corinthiens 15:58).

Dans ce livre de la série Pour les ignorants, vous trouverez une présentation claire et succincte du postmillénarisme. Vous allez aussi trouver votre vie chrétienne changée à l’issue de l’étude de la défense du postmillénarisme à partir de la création, de la rédemption et de la consommation.

Kenneth L. Gentry, Jr, Th.D., Directeur du GoodBirth Ministries, est un auteur, pasteur presbytérien retraité et conférencier. Il a écrit plus d’une vingtaine de livres, dont son ouvrage de 600 pages He Shall Have Dominion: A Postmillennial Eschatology, ainsi qu’un commentaire en préparation sur l’Apocalypse, The Divorce of Israel .

Kenneth Gentry, Postmillénarisme pour les ignorants. Éditions Maranatha, mars 2019. Traduit de l’anglais par Louis Boné. 206 pages.

Prix France et Belgique : 15 €

Prix Suisse : 18 CHF

ISBN : 978-2-913261-29-7

Pour acheter le livre, contacter l’éditeur et traducteur Louis Boné :

Louis C. Boné

B. P. 60028

13802 Istres

France.

Email


Introduction

Par Kenneth Gentry

Kenneth Gentry

« Le christianisme incarne un message de rédemption et d’espérance. L’on retrouve ces thèmes jumeaux que sont la rédemption et l’espérance lorsque Jean-Baptiste présente Christ au moment où le Seigneur commence son ministère public : « Voici l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde » (Jean 1 : 29). Ici, Christ est présenté comme l’Agneau de Dieu, le Rédempteur qui apporte l’espérance du salut.
Bien que la rédemption et l’espérance soient des thèmes entrelacés qui parcourent toute la Bible, le peuple de Dieu les a compris de différentes façons. Même si l’espérance de la rédemption est enracinée dans ce que Dieu a révélé dans les Écritures, les théologiens ont fini par avoir quatre approches différentes en ce qui concerne ces sujets glorieux. Ces approches sont connues en tant que points de vue « millénaristes » : le prémillénarisme, le postmillénarisme, l’amillénarisme et le dispensationnalisme. L’idée du « millénium » est inspirée d’Apocalypse 20 : 1-6, qui parle d’un règne de Christ de « mille ans » (du latin mille + annum).
Les quatre écoles millénaristes sont toutes des systèmes chrétiens qui affirment attendre l’espérance de la rédemption ultime. Par conséquent, elles sont toutes d’accord pour exprimer la même espérance finale : Dieu va vaincre le péché et Satan, et Il va établir un ordre de glorieuse perfection qui durera pendant toute l’éternité. Cependant, elles diffèrent dans la façon dont elles comprennent l’impact qu’a l’espérance de la rédemption sur l’histoire qui précède les nouveaux cieux et la nouvelle terre. Même si elles sont en accord pour dire que Dieu aura la victoire finale dans l’éternité, trois des écoles sont pessimistes en ce qui concerne l’histoire, et une est optimiste. Les trois systèmes pessimistes sont le prémillénarisme, l’amillénarisme et le dispensationnalisme.
La question pessimisme-optimisme est essentiellement ce qui différencie le postmillénarisme des trois autres systèmes. Ces eschatologies sont pessimistes, car :
– Elles nient que l’Église de Christ va grandir jusqu’à exercer une influence bienveillante au niveau mondial sur les affaires humaines avant le retour du Christ.
– Elles nient que les chrétiens se doivent d’œuvrer en vue de la victoire de l’Évangile dans l’histoire.
– Elles sont d’accord pour dire que l’histoire va finir par s’effondrer dans le chaos et le désespoir avant le retour du Christ.
Le système postmillénariste est optimiste quant à l’histoire à venir, car il adopte une position contraire sur ces trois points. »- Kenneth Gentry, extrait de l’introduction.


L’influence du dispensationnalisme en eschatologie

Le prémillénarisme dispensationnaliste est de loin le point de vue le plus populaire dans l’Église aujourd’hui. À cause de cela, les autres positions eschatologiques ont des difficultés à entrer dans le débat populaire. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous présentons le postmillénarisme comme premier livre de la série « Pour les ignorants ». À cause de la prévalence de la pensée dispensationnaliste, certains des « points » qui appuient le postmillénarisme sont des contrepoids face au dispensationnalisme. Mais ces points sont importants à cause de leur valeur intrinsèque. Je vais me pencher sur quelques-uns de ces points qui ont un impact sur le débat eschatologique.

Interprétation littérale et prophétie

Le dispensationnalisme est populaire en grande partie parce qu’il affirme interpréter littéralement les Écritures. L’éminent théologien dispensationnaliste Charles C. Ryrie met en avant l’interprétation littérale comme étant un élément absolument essentiel de l’interprétation biblique qui (selon lui) mène immanquablement au dispensationnalisme. Il écrit : « Les dispensationnalistes affirment que leur principe d’herméneutique est celui de l’interprétation littérale… Les dispensationnalistes déclarent utiliser systématiquement le principe normal d’interprétation pour toute étude de la Bible. » [1]

Ryrie donne trois arguments pour lesquels ils utilisent cette herméneutique littérale. [2]

  1. « D’un point de vue philosophique, le raison d’être du langage en soi semble exiger l’interprétation littérale… Si Dieu est à l’origine du langage, et si son objectif principal pour cela a été de transmettre son message à l’homme, alors il s’ensuit qu’étant omniscient et tout aimant, Il a donné un langage suffisant pour transmettre tout ce qu’Il avait à cœur de dire à l’homme. Il en découle donc qu’Il allait se servir du langage et s’attendre à ce que l’homme l’utilise dans son sens littéral, normal et obvie. » [3]
  2. « Les prophéties vétérotestamentaires concernant la première venue de Christ – sa naissance, son éducation, son ministère, sa mort, sa résurrection – se sont toutes accomplies littéralement. Parmi ces prophéties, il n’y en a pas qui ne se soient pas accomplies au sens littéral dans le Nouveau Testament. » [4]
  3. « Si l’on n’utilise pas la méthode évidente, normale et littérale d’interprétation, l’on abandonne toute objectivité. »

Malgré ce qu’affirment vigoureusement les dispensationnalistes, le « littéralisme systématique » est un idéal impossible, comme même des dispensationnalistes commencent récemment à l’admettre. John Samuel Feinberg, dispensationnaliste contemporain bien connu, déplore en ce qui concerne l’herméneutique : « Ryrie est trop simpliste. » [5] Blaising et Darrell Bock sont d’accord et déplorent la « naïveté conceptuelle » [6] de Ryrie.

Penchons-nous sur quelques problèmes que pose l’interprétation littérale « systématique » à la Ryrie.

La philosophie liée à l’argument du langage

Le point qui frappe immédiatement en ce qui concerne la première preuve apportée par Ryrie est qu’elle est préconçue, ce qui devient évident, puisque Ryrie déclare que : « Les principes d’interprétation sont fondamentaux et ils doivent être établis avant de commencer à interpréter la Parole. » [7] Autrement dit, vous devez choisir la méthode d’interprétation que vous allez adopter avant même d’ouvrir la Bible. Cette approche ne rejette-t-elle pas dès le début la possibilité d’une interprétation spirituelle ? Pourquoi devons-nous commencer par affirmer la nécessité d’une interprétation littérale ? Un ouvrage aussi riche que la Bible, dédié à un thème tellement élevé et spirituel (la rédemption de l’homme pécheur par le Dieu infini), écrit par plusieurs écrivains sur une période de plus de 1500 ans, ne peut-il pas présenter une variété de genres littéraires qui demandent plusieurs approches littéraires différentes ? En réalité, « affirmer, sans autorité expresse, que la prophétie doit toujours et exclusivement être soit l’un soit l’autre est aussi insensé qu’affirmer la même chose de toute la conversation d’un individu pendant toute sa vie, ou du langage humain en général. » [8]

Même les dispensationnalistes admettent que la révélation biblique emploie un style figuratif, mais c’est cela même qui soulève la controverse : quand devons-nous interpréter la prophétie littéralement, et quand devons-nous le faire figurativement ? Vern Poythress soupçonne avec raison les dispensationnalistes « d’avoir peut-être arrangé de façon opportune leur décision en ce qui concerne ce qui doit être figuratif après avoir mis en place le système fondamental qui leur dit ce qui peut et ce qui ne peut pas être en accord avec ce système. Il se peut que le fait de décider de ce qui est figuratif et de ce qui ne l’est pas soit le produit du système en bloc, plutôt que son motif inductif. » [9] Ce que dit Ryrie vient à l’appui de la conclusion de Poythress : « La compréhension des différentes économies divines est essentielle à une vraie interprétation de la révélation de Dieu au sein de ces différentes économies. » [10] Autrement dit, vous devez avoir un cadre dispensationnaliste (la compréhension des différentes économies) afin de pouvoir avoir une « bonne interprétation». [11]

De surcroît, le premier argument de Ryrie finit, en réalité, par interroger. Il affirme que, puisque Dieu a créé le langage, « le but du langage lui-même semble demander une interprétation littérale » sur la base de l’argument suivant : « il doit… s’ensuivre qu’Il utiliserait le langage et s’attendrait à ce que l’homme l’utilise dans son sens littéral, normal et logique. » [12] Il continue en expliquant cela par le fait que « le langage a été donné par Dieu dans le but de communiquer avec les hommes. Par conséquent, Dieu l’aura fait de la façon la plus facile à comprendre – littéralement et normalement. » [13] Cela n’est pas très convaincant, étant donné que Dieu communique souvent dans l’Écriture au moyen de la poésie, de métaphores, de paraboles et d’autres moyens littéraires – comme les dispensationnalistes eux-mêmes l’admettent.

Références bibliographiques :

[1] Charles C. Ryrie, Dispensationalism (2de édition : Chicago : Moody, 1995), pp. 80, 82.

[2] Ryrie, Dispensationalism, pp. 81–85.

[3] Selon Benware : « L’interprétation littérale suppose que, puisque Dieu veut que sa révélation soit comprise par l’homme, Il a fait reposer sa communication révélatoire sur les règles normales de la communication humaine. » Paul N. Benware, Understanding End Times Prophecy: A Comprehensive Guide (Chicago: Moody, 1995), p. 19.

[4] Voir aussi Thomas Ice dans PSB, 1312. John F. Walvoord dans Roy B. Zuck, éditeur, Vital Prophetic Issues: Examining Promises and Problems in Eschatology (Grand Rapids: Kregel, 1995), pp. 19–20 ; Charles L. Feinberg, Millennialism: The Two Major Views (3e édition, Chicago : Moody, 1980), p. 41. ; J. Dwight Pentecost, Things to Come: A Study in Biblical Eschatology (Grand Rapids: Zondervan, 1958), p. 10 ; Robert P. Lightner, The Last Days Handbook (Nashville: Thomas Nelson, 1990), pp. 126–127.

[5] John S. Feinberg, éditeur, Continuity and Discontinuity: Perspectives on the Relationship Between the Old and New Testaments (Westchester, Ill.: Crossway, 1988), p. 73. Un théologien important qui a abandonné le dispensationnalisme est l’ancien professeur du Dallas Seminary, S. Lewis Johnson, qui avertit de la nature anti-apostolique de l’interprétation littérale, qui, dit-il, interprète « impassiblement », mécaniquement : S. Lewis Johnson, The Old Testament in the New (Grand Rapids: Zondervan, 1980), p. 83.

[6] Craig A. Blaising et Darrell L. Bock, éditeurs, Dispensationalism, Israel and the Church: The Search for Definition (Grand Rapids: Zondervan, 1992), p. 29.

[7] Ryrie, Dispensationalism, p. 79.

[8] J. A. Alexander, Commentary on the Prophecies of Isaiah (Grand Rapids: Zondervan, réimpr. 1977 [1875]), 1:30.

[9] Vern S. Poythress, Understanding Dispensationalists (Grand Rapids: Zondervan, 1987), p. 53. Pour une discussion entre Poythress et deux dispensationnalistes de premier plan sur les arguments de Poythress, voir : Grace Theological Journal 10:2 (automne 1989), pp. 123–160.

[10] Ryrie, Dispensationalism, p. 29.

[11] Ceci malgré ce dont se plaint Ryrie : « Ainsi le non dispensationnaliste n’est pas, comme il l’admet lui-même, un littéraliste logique, mais il doit introduire un autre principe herméneutique (la méthode ‘théologique’) afin d’avoir une base herméneutique pour son système » – Ryrie, Dispensationalism, p. 84.

[12] Un problème que les dispensationnalistes semblent ne pas apercevoir est la question de savoir pour qui la prophétie est « simple ». La méthode dispensationnaliste consiste à tenter de la rendre simple pour le lecteur du XXe siècle. Et que fait-on de l’auditoire de l’Antiquité pour lequel elle était écrite ?

[13] Ryrie, “Dispensationalism,” dans DPT, 94. Pentecost emboîte le pas : « Étant donné que Dieu a donné sa Parole pour se révéler à l’homme, l’on doit s’attendre à ce que sa révélation soit donnée dans des termes si exacts et spécifiques que sa pensée est correctement transmise et comprise si elle est interprétée selon les lois grammaticales et linguistiques. Une telle évidence par présomption est en faveur de l’interprétation littérale, car une méthode allégorique d’interprétation obscurcirait le sens du message que Dieu a délivré aux hommes. » – Pentecost, Things to Come, p. 10.

2 réflexions au sujet de “Postmillénarisme pour les ignorants de Kenneth Gentry aux Editions Maranatha”

  1. Hello, Merci pour vos articles courageux et honnêtes. Pourriez-vous me communiquer l’adresse électronique de l’auteur du traducteur du livre ?

    Kenneth Gentry, *Postmillénarisme pour les* *ignorants*. Éditions Maranatha, mars 2019 Merci et bien cordialement, Théophile Hammann ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.