Articles, Immigration, Médias et désinformation, Société

Immigration : qui a dit que l’Occident était xénophobe ?

Le Pew Research Center a montré que, bien loin d’être une particularité occidentale, le désir de juguler l’immigration est commun à de nombreux pays.

Par Remi Adekoya* pour Quillette** (traduction par Peggy Sastre)

Publié le | Le Point.fr
Ces dernières années, on a beaucoup écrit sur la peur de l’immigration en Occident. Le Brexit, l’élection de Trump et le relatif succès de formations politiques hostiles à l’immigration dans des pays comme l’Italie, l’Allemagne ou la Suède ont suscité bien des remontrances dans les sociétés occidentales de la part d’intellectuels et de commentateurs, penchant généralement de gauche. Par contre, ce qui n’a pas retenu beaucoup d’attention, c’est ce que des pays extérieurs à l’hémisphère occidental peuvent aujourd’hui penser de l’immigration. Quelle est l’opinion des Nigérians, Indiens, Turcs ou Mexicains vis-à-vis des migrants qui arrivent dans leur pays  ? On n’en entend pas souvent parler.

Sur ce sujet, deux enquêtes récentes fournissent d’intéressants résultats. Pew Research a ainsi sondé des habitants de vingt-sept pays répartis sur six continents : pensaient-ils que leur pays devait laisser entrer plus, moins ou à peu près autant d’immigrés qu’aujourd’hui ? Dans des pays européens comme la Grèceet l’Italie, qui ont connu ces dernières années un afflux massif de migrants, le pourcentage d’individus en désirant moins ou plus du tout était élevé, soit respectivement 82 % et 71 %. Sauf que, dans plusieurs autres pays occidentaux, y compris certains considérés comme massivement hostiles à l’immigration, les citoyens acceptaient en réalité davantage l’immigration que les habitants d’autres parties du monde.

Le pourcentage de sondés souhaitant moins ou plus du tout d’immigrants dans leur pays était plus élevé en Afrique du Sud (65 %), Argentine (61 %), au Kenya (60 %), Nigeria (50 %), en Inde (45 %) et au Mexique. (44 %) qu’en Australie (38 %), au Royaume-Uni (37 %) ou aux États-Unis (29 %). Dans les vingt-sept pays passés en revue, moins du tiers des personnes interrogées déclaraient que leur pays devrait accueillir davantage d’immigrants. Une étude Ipsos MORI de 2017 sur les tendances « nativistes » (l’hostilité à l’égard de l’immigration) mondiales brossait un tableau similaire. Lorsqu’on leur demandait s’ils pensaient que leur pays serait « plus fort » s’il « stoppait l’immigration », davantage de Turcs (61 %) et d’Indiens (45 %) avaient acquiescé en comparaison avec les Britanniques (31 %), les Australiens (30 %), les Allemands (37 %) ou les Sud-Africains (37 %). Quant à la question « vous sentez-vous étranger dans votre propre pays ? » – un autre indicateur d’hostilité à l’égard de l’immigration –, 57 % des Turcs, 54 % des Sud-Africains, 46 % des Brésiliens et 39 % d’Indiens avaient répondu par l’affirmative. Les chiffres étaient moins importants chez les Allemands (38 %), les Britanniques (36 %) ou les Australiens (36 %). Enfin, 74 % des Turcs, 64 % des Péruviens, 62 % des Indiens et 60 % des Sud-Africains étaient d’accord pour dire que les employeurs devaient donner « la priorité » aux locaux plutôt qu’aux d’étrangers, contre 58 % des Américains, 48 % des Britanniques et 17 % des Suédois.

L’immigration est un sujet de préoccupation partout dans le monde

Croire que le « nativisme » est réservé aux Occidentaux blancs est une idée reçue. Il s’agit en réalité d’un phénomène mondial qui est souvent plus fort dans les pays non occidentaux. Évidemment, qu’on n’espère pas pour autant voir fleurir dans les médias internationaux des articles sur l’inquiétant essor du « nativisme » en Inde ni des commentateurs s’émouvoir de tous ces Kényans qui voudraient voir moins d’immigrés dans leur pays. Sur ce sujet, l’indignation morale de nombreux progressistes blancs, et même de la plupart des intellectuels de couleur occidentaux, est uniquement réservée aux sociétés blanches ; si des populations noires ou basanées partagent exactement les mêmes opinions que celles pour lesquelles on conspue des plus claires, alors on les traite par le silence, voire par toutes sortes de rationalisations justificatrices.

Bien entendu, ces enquêtes ne nous disent pas pourquoi les gens réagissent de la sorte – pourquoi une majorité de Kényans et tant de Nigérians souhaitent voir moins ou plus du tout d’immigrés arriver dans leur pays. Ces chiffres ne permettent pas de conclure à leur xénophobie ni à leur haine naturelle des étrangers, de la même manière que nous ne devrions pas croire que tous les Occidentaux en appelant à moins d’immigration sont a priori racistes.

Par contre, ces enquêtes laissent entendre qu’un niveau élevé d’immigration est un sujet de préoccupation partout dans le monde. Un souci qui, parfois, peut déboucher sur des comportements ignobles, comme on a pu le voir en Afrique du Sud. Ces dernières années, des dizaines d’immigrés africains ont ainsi été tués par des Sud-Africains qui les exhortaient à « faire leurs valises et dégager » sous prétexte qu’ils « voleraient » des emplois et des ressources, et se livreraient à des « activités criminelles ». La rhétorique vous est familière  ? Ces Sud-Africains noirs ont-ils attaqué des migrants africains noirs parce qu’ils détestaient les Noirs  ?

La question du racisme

Alors, pourquoi nous est-il si difficile de débattre raisonnablement de l’immigration sans que volent les accusations de racisme et de xénophobie  ? Entre autres parce que les flux migratoires se dirigent principalement vers l’ouest. Selon les dernières estimations des Nations unies, le nombre total de migrants internationaux – les gens vivant dans un autre pays que celui dans lequel ils sont nés – s’élève à 258 millions. Alors que l’Asie en abrite une part non négligeable, la majorité se concentre néanmoins dans les pays occidentaux riches : Europe, Amérique du Nord et Océanie. Autant de régions où les migrants internationaux représentent au moins 10 % de la population, contre moins de 2 % de la population totale en Afrique, Asie, Amérique latine et dans les Caraïbes.

Parallèlement, les immigrants ont majoritairement tendance à venir des régions les plus pauvres et les plus au sud du globe – l’Inde et le Mexique étant les premiers émetteurs. Ce qui signifie que nous avons plus de gens migrant de pays à majorité noire et basanée vers des pays à majorité blanche que l’inverse. Une fois que ces populations majoritairement blanches se mettent à s’interroger sur leurs niveaux d’immigration, bien des progressistes blancs, incapables de parler rationnellement du moindre sujet impliquant des personnes noires et basanées, en viennent à balancer des accusations de racisme. Ils ont besoin, ou du moins c’est ce qu’ils prétendent, de venir en aide aux « victimes » du monde et de les défendre contre les méchants Blancs qui veulent les empêcher d’accéder à une vie meilleure.

La plupart des intellectuels d’origine asiatique ou africaine vivant en Occident réagissent de la même manière aux débats sur l’immigration et interprètent les questions soulevées dans les sociétés à majorité blanche comme un rejet de ceux qui leur ressemblent. Imaginez à quel point la discussion mondiale sur l’immigration serait différente si autant de Britanniques et de Suédois émigraient au Nigeria et au Kenya que l’inverse. La discussion serait infiniment plus rationnelle et objective, et porterait sur les avantages et les inconvénients de l’immigration en général, vu qu’aucune race ou ethnie particulière ne pourrait y voir une marque d’hostilité. Il serait plus facile – beaucoup plus facile – de comprendre que l’inquiétude suscitée par l’immigration est un problème mondial, loin d’être spécifique à l’Occident.

Angoisses communes

Alors que j’écris ces lignes, il y a une voix dans ma tête qui toussote : « C’est facile pour toi de parler de rationalité. Tu as un passeport européen et tu peux aller aller à peu près n’importe où dans le monde et à peu près n’importe quand. » De fait, par un autre accident de naissance, j’aurais pu faire aujourd’hui partie de ceux qui se noient en Méditerranée en essayant de gagner l’Europe. Je n’ai aucun contre-argument moral à opposer à cette voix dans ma tête, juste une objection pragmatique. La réalité, c’est qu’aucun pays riche ne peut aujourd’hui maintenir sur le long terme une politique migratoire de la porte ouverte. Dans une enquête réalisée en 2017 dans six pays africains – Nigeria, Ghana, Kenya, Afrique du Sud, Sénégal et Tanzanie –, 43 à 75 % des citoyens déclaraient vouloir partir de chez eux si l’occasion se présentait. En d’autres termes, plus de 200 millions de personnes pourraient émigrer si elles en avaient la possibilité, et vraisemblablement dans l’un des pays les plus riches du monde. C’est une réalité que les gouvernements occidentaux ne peuvent pas se permettre d’ignorer. Le fait que tant de Kényans, Nigérians et Sud-Africains souhaitent quitter leur pays, tout en refusant que des immigrés arrivent dans le leur, témoigne d’un autre universel humain : notre capacité à attendre des autres ce que nous ne sommes pas prêts à leur donner.

Les chiffres de Pew Research et d’Ipsos MORI nous montrent une vérité incontestable : les « peurs » que peut susciter l’immigration ne se limitent pas à l’Occident. Il est plus que temps de parler sérieusement de l’immigration mondiale pour espérer lui trouver une solution durable, sans recourir aux procès d’intention et à une indignation morale sélective. Mais peut-être suis-je trop optimiste à croire que nos angoisses communes peuvent nous unir au lieu de nous diviser.

*Remi Adekoya est doctorant à l’université de Sheffield, qui s’intéresse aux questions d’identités de groupe.

Source : https://www.lepoint.fr/debats/immigration-qui-a-dit-que-l-occident-etait-xenophobe-23-03-2019-2303425_2.php

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.