Antichristianisme, Articles, Christianisme, Foi et politique, Le christianisme dans le monde, Religion, Société, Théologie

« IL NE T’EST PAS PERMIS… »

Eloge de Jean-Baptiste (et de tous les chrétiens qui refusent de plier le genou devant Baal).

« IL NE T’EST PAS PERMIS… »

Matthieu 14:4 ; Marc 6:18

Ou l’abîme qui nous sépare de Jean-baptiste.

1. Jean-Baptiste n’a pas fait de préambule élogieux pour « préparer le terrain ». Maître, votre éminence, etc.

2. Il n’a pas utilisé un style ampoulé et ambigu, « J’ai l’honneur d’attirer votre bienveillante attention sur une regrettable faiblesse »… mais est allé droit au but avec les termes les plus clairs et les plus incisifs qui soient.

3. Il n’a pas attendu que d’autres se ralliassent à lui pour se sentir soutenu et partager un peu son fardeau (et diluer les responsabilités).

4. Il ne s’est pas imaginé qu’Hérode allait réformer ses voies ; il a dénoncé le péché. Que celui qui est souillé se souille encore… Les hommes méchants et imposteurs avanceront toujours plus dans le mal.

5. Il n’a pas eu égard à la puissance du roi.

6. Il n’a pas craint pour sa liberté, ni pour sa vie. Que de mises en garde n’a-il pas dû recevoir ; « pense à ta famille ; ce n’est pas le moment d’attirer l’attention sur nous ; ne dois-tu pas d’abord préparer le chemin du Seigneur ? (justement!) Tu as perdu la tête » (pas encore, mais bientôt!) Churchill a si bien prophétisé : entre la guerre et la honte, vous avez choisi la honte, vous aurez la guerre par-dessus !

7. Il fallait évidemment qu’il fût lui-même sans reproche.

Quelle autorité peut avoir une église qui couve en son sein l’adultère, la fornication, le concubinage, le divorce et le « remariage », la contraception, la pédérastie, l’alcoolisme, le mercantilisme, le crédit, le serment…?

On jure pour être médecin ou avocat (et empocher des honoraires indécents); on fait chanter à des enfants innocents « qu’un sang impur abreuve nos sillons » : l’incantation de la révolte devant le monument qui glorifie la guerre…(en 60 ans, un seul au Pays de Montbéliard a refusé de le faire).

8. Il n’a pas marchandé, pas suggéré une prétendue « régularisation », blasphématoire et du reste impossible ou pire une « discrétion » hypocrite.

9. Il n’a pas craint d’être critiqué, vilipendé, ostracisé par ses propres amis.

10. Il ne s’est pas fourvoyé dans des considérations secondaires. Ce n’est pas le prétendu « mariage pour tous » qui pose problème : c’est la pédérastie qui est une abomination que Dieu déclare digne de mort au même titre d’ailleurs que toutes les autres perversions.

11. Il n’a pas prétendu : « ce n’est pas mon rôle », il y a des scribes, des anciens, des juristes et des théologiens. Parle et ne te tais point ; va avec la force que tu as. En 1999, la manifestation anti-pacs n’a rassemblé que 90 catholiques et 10 évangéliques pour l’ensemble de la conurbation Belfort-Montbéliard ! (250 000 habitants).

12. Il n’est pas tombé de le piège de la « tolérance » à l’égard d’une prétendue « vie privée » ; c’est précisément cette dernière qui seule importe : comment prétendre gouverner des millions de sujets quand on est incapable de conduire sa propre vie. (Tout le reste s’apprend pourvu que ce ne soit pas à l’école ; les bergers font de bons rois et les pêcheurs de vrais théologiens). Roi et pasteur ne sont pas des métiers mais des sacerdoces et la capacité découle de la dignité.

13. Il n’a pas confondu le monde et sa vraie patrie : Essénien, dit-on et manifestement loin des Macchabées ou des Zélotes : combien se vantent d’avoir « résisté » à l’ennemi terrestre et fléchissent sous les lois scélérates inspirées par l’ennemi de nos âmes ?

14. Il ne s’est pas laissé aller à envisager d’éventuelles « circonstances particulières » qui appelleraient l’indulgence et surtout pas le droit du Prince à déroger aux lois communes.

15. Il n’a pas attendu que le vice empirât ou se communiquât à tout le pays. L’usurpateur révolutionnaire a confisqué le mariage pour le vider de son contenu et qualifié de « civil » ce qui est divin : qui a réagi ? Deux multi divorcés se sont présentés au suffrage populaire ; combien de chrétiens ne sont-ils pas allés dire « nous voulons que cet impie règne sur nous »? Combien, même, auront opté pour le parti dont le premier candidat pressenti a fini par avouer sans aucun regret fréquenter les prostituées, les travestis et les échangistes ; l’autre parti, d’ailleurs prétend défendre une monogamie purement administrative, tout en protégeant et pratiquant une polygamie de fait. Et l’on est allé choisir entre Baal et Astarté, entre deux loges maçonniques ; est-il honnête de s’offusquer ensuite de leurs politiques ?

C’est le moment où le jugement va commencer par la maison de Dieu.

STOPOKRIM. S. GIRARDOT 13 XI 12

À lire aussi :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.